•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

États-Unis : 5 mois de prison pour le chef des Proud Boys

Enrique Tarrio, souriant, porte des lunettes fumées.

Le chef des Proud Boys, Enrique Tarrio, a été condamné à 5 mois de prison par un tribunal de Washington pour la destruction d'une banderole Black Lives Matter.

Photo : Getty Images / Elijah Nouvelage

Agence France-Presse

Le chef des Proud Boys, une milice américaine d'extrême droite, a été condamné lundi à cinq mois de prison pour la destruction d'une banderole Black Lives Matter (La vie des Noirs compte), appartenant à une église de Washington, pendant des manifestations de soutien à Donald Trump.

Figure clé de ce mouvement d'extrême droite ayant joué un rôle central dans l'attaque du 6 janvier contre le Congrès américain, Henry Enrique Tarrio, 37 ans, avait été arrêté deux jours auparavant, pour avoir arraché cette banderole de la façade d'une église de la capitale américaine et l'avoir brûlée, selon le ministère de la Justice.

Il avait été inculpé par un tribunal de Washington de destruction de biens de l'église méthodiste Asbury United, une église dont les fidèles sont principalement afro-américains, lors d'une manifestation précédente, le 12 décembre, qui avait dégénéré.

L'inculpation était fondée sur une photo publiée sur les réseaux sociaux, sur laquelle il posait avec la banderole et un briquet dans la main.

Il est également accusé d'avoir été en possession de deux chargeurs d'arme à feu haute capacité illégaux lors de son arrestation, a précisé la police.

Enrique Tarrio a organisé plusieurs manifestations de soutien à l'ex-président Donald Trump, et des contre-manifestations aux défilés anti-violences policières du mouvement Black Lives Matter.

En juillet, il avait plaidé coupable des deux accusations. Il a été condamné à 155 jours de prison et à une amende de 1000 $, et devra rembourser 347 $ à l'église pour la banderole brûlée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !