•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un enfant de 6 ans renvoyé du camp d’été francophone du Zoo de Magnetic Hill

Chargement de l’image

Le Zoo de Magnetic Hill, qui est géré par la Ville de Moncton, offre des camps en français et en anglais, mais pas de sessions bilingues ou d'immersion.

Photo : Radio-Canada

Amber-Lee Gautreau dénonce sur les réseaux sociaux le renvoi la semaine dernière de son enfant de 6 ans, Lex, du camp d’été francophone du Zoo de Magnetic Hill, à Moncton. Selon elle, l'enfant s'est vu refuser l'accès au camp parce qu'il ne maîtrisait pas le français.

Elle et son mari, qui est francophone, parlent en anglais à la maison, mais ont fait le choix d’inscrire leurs enfants à l’école francophone Sainte-Bernadette, à Moncton.

Amber-Lee précise que Lex fait également toutes ses activités parascolaires en français, en plus d’avoir un tuteur.

Chargement de l’image

Amber-Lee Gautreau et son fils Lex, âgé de six ans

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté / Amber-Lee Gautreau

Le camp d’été du Zoo de Magnetic Hill offre des camps en français et en anglais, mais pas de sessions bilingues ou d'immersion.

La mère de Lex pensait qu’il serait en mesure de suffisamment se débrouiller en français pour participer au camp dans cette langue. Mais le 17 août dernier, les parents de l’enfant ont été informés par le personnel du camp qu’il devrait avoir recours à un traducteur ou quitter le camp.

Quand nous sommes arrivés pour chercher notre enfant, il savait qu'il ne pouvait plus aller au camp parce qu'il n'était pas assez francophone. Il pleurait et il était très déçu, raconte Amber-Lee.

Des politiques claires

Pourtant, la Ville de Moncton soutient que les politiques en matière de langue dans les camps d’été du Zoo sont claires.

« Le camp se déroule dans la langue à laquelle on est inscrit. Les instructions sont données dans la langue. Et l'enfant doit être en mesure, un, de comprendre les instructions, parce qu'on travaille avec des animaux, et deux, il doit parler la langue [pour laquelle] il est inscrit.  »

— Une citation de  Isabelle LeBlanc, directrice des communications à la Ville de Moncton
Chargement de l’image

Isabelle LeBlanc, la directrice des communications de la Ville de Moncton (archives)

Photo : Radio-Canada

Isabelle LeBlanc précise que les camps de la ville ne sont pas des endroits d’immersion pour apprendre une langue seconde.

Selon l’administration, ces politiques doivent être acceptées par les parents à deux reprises en ligne au moment de l’inscription de l’enfant.

Mais Amber-Lee ne se souvient pas d'avoir vu ces règlements.

« Je suis retournée voir les règlements, mais malgré tout, j'aurais quand même inscrit mon enfant parce qu'il est en mesure d'aller à l'école et à la garderie en français sans problème. »

— Une citation de  Amber-Lee Gautreau
Chargement de l’image

Lex, âgé de 6 ans, fréquente une école francophone de la ville de Moncton.

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté / Amber-Lee Gautreau

Elle et sa famille expliquent vouloir continuer d’inscrire leurs enfants à des activités en français pour qu’ils puissent s'intégrer tranquillement dans la culture francophone.

Des réactions divisées

L'histoire d'Amber-Lee a suscité plusieurs réactions sur les réseaux sociaux et même au camp, à la sortie des enfants en fin de journée.

Un parent juge qu’il est important d’avoir des lieux où les enfants peuvent librement s’exprimer et apprendre en français à Moncton.

« Dès qu'il y a un anglophone, tout d'un coup, tout devient en anglais. On voudrait voir nos enfants avoir des expériences en français. »

— Une citation de  Michel Ouellette, père d'un enfant au camp du Zoo de Magnetic Hill

D'autres parents n'étaient pas du même avis, mais ont refusé de nous accorder une entrevue.

Amber-Lee Gautreau souhaite déposer sous peu une plainte à la Ville de Moncton.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !