•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Trudeau se défend d'être en panne d'idées

Justin Trudeau parle avec intensité.

Justin Trudeau a accusé Erin O'Toole de vouloir privatiser les soins de santé au Canada lors de son passage au Nouveau-Brunswick.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le chef du Parti libéral du Canada (PLC), Justin Trudeau, s’est défendu dimanche d’être à court d’inspiration pour formuler des propositions intéressantes qui constitueront l’essentiel de sa future plateforme électorale.

Radio-Canada révélait pourtant samedi que le chef libéral était en train de sonder son équipe afin de trouver des propositions qui mobiliseraient les électeurs progressistes.

Après une pause d’une journée, Justin Trudeau a repris les chemins de campagne pour aller à la rencontre des électeurs de Miramichi, au Nouveau-Brunswick.

En mêlée de presse, on lui a demandé s’il était normal qu'il soit, à ce moment-ci de la campagne électorale, encore à la recherche de grandes idées pour concevoir sa plateforme électorale, alors qu’il avait eu des mois pour y réfléchir.

Les gens comprennent que depuis 17 mois, on est engagé dans la lutte contre cette pandémie et ce n'est pas fini encore. Ça a toujours été et ce sera toujours notre priorité. C'est ce qu'on a fait depuis 17 mois. C'est ce qu'on va continuer de faire, a-t-il expliqué.

Justin Trudeau a quelque peu confirmé l’information selon laquelle sa formation politique n’aurait pas encore terminé l’élaboration de sa plateforme électorale.

En même temps, oui, on est en train de parler de comment on va rebâtir en mieux, comment on va apprendre les leçons de cette pandémie pour en finir avec la pandémie, mais aussi comment on va bâtir une société plus forte, plus prospère, plus juste pour tous, a-t-il ajouté.

Des « idées fortes », promet Trudeau

Rappelons que c’est Justin Trudeau lui-même qui est allé voir la gouverneure générale du Canada Mary Simon, le 15 août dernier, pour solliciter un déclenchement d’élections générales.

Après avoir quitté Rideau Hall, le premier ministre sortant a dû expliquer pourquoi il plongeait le pays dans une élection au moment où se profilait une quatrième vague d’infections causées par le coronavirus.

Selon lui, un scrutin s'impose pour que les électeurs s'expriment et choisissent la voie à suivre afin de sortir de la crise causée par la pandémie de COVID-19, a-t-il justifié en substance.

Justin pose pour une caméra avec deux femmes et une fille.

Justin Trudeau s'est prêté au jeu des prises de photos avec les électeurs.

Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

À Miramichi, le chef libéral a toutefois assuré que son parti arriverait devant les citoyens avec des idées fortes sur de nombreuses questions.

« On va en avoir énormément d'autres à faire. Ce ne sont pas les idées qui manquent. On va pouvoir livrer une campagne et une plateforme, et surtout une vision de l'avenir qui va être un grand contraste avec la petitesse de l'approche de M. O'Toole. »

— Une citation de  Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada

M. Trudeau n’a pas précisé à quel moment il comptait présenter sa plateforme. On est en train de présenter des éléments de notre plateforme tous les jours. On est en train de parler des priorités des Canadiens et on va avoir une plateforme pleinement calculée à montrer aux gens d'ici peu, a-t-il affirmé.

Les bloquistes, les conservateurs et les néo-démocrates ont déjà fait connaître leur plateforme. Les bloquistes l'ont dévoilée dimanche, les conservateurs au deuxième jour de la campagne, et les néo-démocrates, avant même qu'elle ne soit amorcée.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

Trudeau attaque O'Toole

Répondant à une affirmation du chef conservateur Erin O'Toole, Justin Trudeau a soutenu qu’il prenait au sérieux ses rivaux.

Je n’ai jamais sous-estimé mes adversaires dans ma vie. Je comprends à quel point c’est important d’avoir des visions fortes de comment on va avancer en tant que pays, a-t-il répliqué.

« Certainement M. O'Toole est en train de mettre de l’avant une vision très claire d’un pays […] où on fait marche arrière pendant que les gens veulent aller de l’avant. »

— Une citation de  Le premier ministre sortant, Justin Trudeau

À son tour, il a lancé quelques flèches au chef conservateur, l’accusant de vouloir construire un pays où on a un système de santé à deux vitesses, où l'on déchire les accords de la santé et on retire les six milliards de dollars pour le Québec.

Le chef libéral semblait faire référence à une vidéo datée de juillet 2021 dans laquelle Erin O'Toole vantait les forces du secteur privé pour améliorer le système de santé. Cette vidéo a été partagée sur les réseaux sociaux par le Parti libéral du Canada et par la candidate Chrystia Freeland, qui était ministre des Finances et vice-première ministre dans le gouvernement Trudeau.

Il parle dehors entouré de gens.

Justin Trudeau a repris la route après une pause d'une journée pour se rendre à Miramichi, où il a rencontré les électeurs.

Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

Or, cette vidéo a été tronquée, a dénoncé le Parti conservateur sur Twitter. Le parti précise que, dans la version complète, le chef conservateur insiste au préalable sur le fait que nous devons veiller à ce que l'accès universel reste primordial.

En soirée, Twitter a d'ailleurs ajouté un avis au gazouillis publié plus tôt par Chrystia Freeland indiquant que le média comportait un contenu manipulé.

Offensives contre Blaine Higgs

Lors de son passage au Nouveau-Brunswick, M. Trudeau n'a pas non plus hésité à marquer son désaccord avec le premier ministre progressiste-conservateur Blaine Higgs, alors qu'il n'avait pas jugé bon de le faire contre le premier ministre conservateur ontarien Doug Ford plus tôt cette semaine.

« Je vais continuer d'être en désaccord avec M. Higgs sur l'importance d'avoir un meilleur financement des cliniques d'avortement. »

— Une citation de  Le premier ministre fédéral sortant, Justin Trudeau

Là où je suis d'accord avec lui, c'est sur l'importance de faire tout ce qu'on peut pour protéger les Canadiens partout au pays et de continuer d'avancer dans la vaccination, a-t-il enchaîné.

Justin Trudeau a aussi été interrogé sur une demande du Bloc québécois contenue dans sa plateforme électorale voulant qu'Ottawa s'abstienne à l'avenir de financer des démarches de contestation judiciaire, comme c'est le cas avec la loi sur la laïcité de l'État au Québec.

Un des rôles du gouvernement est d'assurer que les droits des minorités soient protégés, a répondu M. Trudeau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !