•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réfection des quais : les pêcheurs de Pointe-Verte s'impatientent

Un bateau de pêche est amarré à un quai dont certains madriers ont dévié.

Le quai de Pointe-Verte porte le poids des années.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les pêcheurs de Pointe-Verte au Nouveau-Brunswick, qui réclament depuis plusieurs années une aide d'Ottawa pour réparer leur quai, doivent encore attendre.

Au début du mois d'août, le gouvernement a annoncé un investissement de 25 millions de dollars pour améliorer une douzaine de quais dans le nord-est de la province, mais non celui de Pointe-Verte.

Je suis heureux que des projets de quais aient surgi un peu partout, déclare le pêcheur Yvon Arseneau. Malheureusement, encore une fois, Pointe-Verte est passé à côté.

Il y a longtemps que les pêcheurs de Pointe-Verte souhaitent des réparations majeures à leur quai, qui croule pratiquement sous le poids des années.

Deux hommes se tiennent debout sur un quai, devant des bateaux amarrés.

Yvon Arseneau et Léger Arseneau sont tous deux pêcheurs de homard à Pointe-Verte au N.-B. Léger Arseneau est aussi le président de l'Administration portuaire de l'endroit.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Au cours des années, il y a bien eu l'ajout d'un quai flottant et d'un quai de débarquement, ainsi que des travaux de rapiéçage, par exemple une nouvelle surface en ciment. Mais il s'agit de travaux que la structure supporte mal, selon Yvon Arseneau.

Quand tu bâtis une maison, tu fais une fondation avant. Au lieu de vérifier la fondation, ils ont été là et ils ont fait une [dalle] de ciment là-dessus. Bien entendu, le tout est en train de s'écraser présentement.

On a tout le temps des petits travaux à la chiquette, se plaint son confrère, Léger Arseneau, qui constate que le quai se fragilise un peu plus chaque année. Un peu partout, surtout d'un côté. Chaque automne, quand il fait mauvais temps, on en perd des bouts.

L'automne dernier, on n'a pas eu de gros mauvais temps, mais si cette année, il y a un gros mauvais temps au mois de novembre, [le quai] va encore en perdre, craint Léger Arseneau.

Mais ce qui presse par-dessus tout, disent-ils, ce sont des travaux de dragage pour améliorer la circulation des bateaux.

On ne peut pas aller à notre quai de débarquement à l'heure actuelle à marée basse. On est obligés de rentrer, puis on reste pris dans la vase, puis on attend que la marée monte.

Une citation de :Yvon Arseneau, pêcheur

C'est aussi une question de sécurité en cas de mauvais temps pour éviter que les bateaux ne s'échouent à l'entrée du quai, à marée basse.

On a beau avoir de bons bateaux, quand [le vent arrive] de l'est, tu as affaire à t'en venir au quai, il faut que tu rentres au quai, tranche Yvon Arseneau.

Des bateaux de pêche amarrés à un quai.

Les pêcheurs de Pointe-Verte estiment que leur quai a été négligé trop longtemps.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Une occasion ratée?

Si les pêcheurs de Pointe-Verte sont déçus de n'avoir pu profiter de la récente vague d'annonces du fédéral pour la réfection des quais, ils souhaitent se faire entendre au cours de cette campagne électorale. Ils redoutent cependant que les coffres d'Ottawa se retrouvent vides, une fois la pandémie terminée.

La réponse qu'on va recevoir d'Ottawa, c'est qu'il n'y a plus d'argent! C'est ce que nous autres on se dit, ajoute Yvon Arseneau.

D'après le reportage de François Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !