•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections fédérales : chaude lutte à prévoir pour la circonscription d’Edmonton-Centre

Plusieurs édifices de type gratte-ciel par une journée partiellement ensoleillée de juin.

Tours à bureaux du centre-ville d'Edmonton.

Photo : Radio-Canada / David Bajer

Radio-Canada

Les projecteurs sont braqués sur Edmonton-Centre jusqu’au 20 septembre dans cette course électorale. La circonscription pivot est l’un des deux seuls endroits en Alberta où le vote conservateur était en dessous de la barre des 50 % aux dernières élections. Une situation dont les candidats libéraux et néo-démocrates comptent profiter.

Le député sortant James Cumming a reçu la visite de son chef Erin O’Toole ce samedi pour s’assurer de garder cette circonscription sous la bannière bleue du Parti conservateur du Canada (PCC) dans cette lutte électorale qui s’annonce serrée.

James Cumming.

James Cumming a remporté le siège de la circonscription d’Edmonton-Centre en 2019 avec 41,7 % des voix.

Photo : Radio-Canada / François Joly

Je pense que les électeurs peuvent gagner une élection, et maintenant que nous en avons une, ils recherchent quelqu’un avec un plan. Je crois que notre leader [Erin O’Toole] démontre qu’il a un plan pour le futur, a affirmé James Cuming lors de la rencontre.

Don Worsfold compte se ranger derrière les conservateurs dans l’espoir qu’ils remboursent la dette accumulée pendant la pandémie.

Nous avons besoin de plus d’emplois pour générer des revenus pour le gouvernement, tranche le résident de la circonscription.

Une circonscription à plusieurs facettes

Les données du dernier recensement de 2016 (Nouvelle fenêtre) dépeignent Edmonton-Centre comme un comté aux multiples facettes.

Plus du quart de sa population n’a pour langue maternelle ni le français ni l’anglais. Près de 15 % de ses habitants sont considérés comme ayant de faibles revenus tandis que la même proportion gagne un revenu après impôt supérieur à 80 000 dollars par an.

Au final, ce sont les gens comme moi qui ont besoin de plus d'aide. J'ai besoin de plus d'argent pour payer le loyer, payer les factures médicales ou pour acheter de la nourriture, soulève Charles Frederic Gordon, un électeur d’Edmonton-Centre.

Il révèle qu’il peine à rejoindre les deux bouts et espère que le prochain gouvernement facilitera l'accès à des logements abordables pour aider les personnes en situation de précarité.

Peut-être serions-nous plus heureux si c’était le cas. Nous pourrions avoir de l’argent pour profiter d’une sortie au restaurant, ou tout simplement aller visiter des endroits, dit-il.

Le candidat libéral Randy Boissonnault fait campagne pour reprendre le siège d'Edmonton-Centre qu'il a occupé de 2015 à 2019.

Le candidat libéral Randy Boissonnault fait campagne pour reprendre le siège d'Edmonton-Centre qu'il a occupé de 2015 à 2019.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Gohier

Le candidat du Parti libéral du Canada (PLC), Randy Boissonnault, qui a perdu son siège aux mains de James Cumming en 2019, veut miser sur cette réalité pour remettre Edmonton-Centre sous le giron des libéraux.

[Ici] ce n’est pas une zone bleue. C’est une zone avec des gens qui sont divers, qui sont progressistes, affirme-t-il. C’est pourquoi nous travaillons tellement fort pour avoir le siège encore une fois.

Préparer le terrain pour les prochaines élections provinciales

Les néo-démocrates ne sont pas en reste. Heather MacKenzie veut tenter de reproduire à Edmonton-Centre l’exploit de l’anomalie orange qui existe de l’autre côté de la rivière Saskatchewan Nord.

La campagne se déroule bien. [...] Nous recevons du soutien de partout dans la circonscription, se réjouit-elle.

Une photo de Heather MacKenzie devant des habitations.

Heather MacKenzie veut tourner Edmonton-Centre à l’orange pour la première fois de l'histoire de la circonscription.

Photo : Radio-Canada / François Joly

La candidate pour le Nouveau parti démocratique du Canada souhaite profiter de la grogne envers Jason Kenney pour gagner des voix. Les gens veulent construire de l’élan pour les prochaines élections provinciales, estime-t-elle.

Les gens sont motivés de voir les députés fédéraux aider ceux du provincial pour que Rachel Notley forme un gouvernement dans un an et demi.

Les Canadiens sont appelés aux urnes dans un peu moins d’un mois, et plusieurs circonscriptions en Alberta sont aussi à surveiller.

Avec les informations de François Joly

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !