•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des piscines fermées pratiquement tout l’été à cause du manque de sauveteurs

Une piscine vide.

À partir du 15 août, le recrutement est encore plus difficile, car les jeunes repartent à l'école.

Photo : Radio-Canada / Philippe L'Heureux

Les sauveteurs se sont faits rares durant toute la saison estivale au Saguenay-Lac-Saint-Jean, au point que de nombreuses piscines étaient inaccessibles au public, en pleine canicule.

Plusieurs municipalités ont pourvu leurs postes de sauveteur difficilement, cette année. À L’Anse-Saint-Jean, la municipalité a même signé un contrat avec un service de sauveteurs.

On a déjà essayé d’en former des [sauveteurs] , ça marchait pas, donc on avait ce contrat avec cette société pour avoir une solution de rechange. Mais cette solution marchait en temps normal, mais on n’est plus dans des temps normaux, remarque le conseiller municipal et responsable du camping municipal, Anicet Gagné.

« À titre d’exemple, au Mont-Édouard, la piscine devait être ouverte du 8 juillet au 15 août; on a pu ouvrir cette piscine seulement huit jours au cours de l’été. »

— Une citation de  Anicet Gagné, responsable du camping municipal

La problématique de la disponibilité des sauveteurs a commencé l’année dernière selon M. Gagné. La majorité des sauveteurs se déplacent de Montréal pour surveiller les baignades à L’Anse-Saint-Jean.

Un mot pour dire que la piscine est fermée.

Cette pancarte a souvent dû être affichée cette année.

Photo : Radio-Canada / Philippe L'Heureux

Ils [La société] nous ont dit qu’ils feraient l’impossible pour cette fin de semaine, mais finalement ils n’ont pas été capables. Le service de sauveteurs n'a pas été en mesure de respecter le contrat après le 15 août avec la municipalité de L'Anse-St-Jean. Le manque de personnel est criant dans toute la province.

Radio-Canada a communiqué avec l'un des responsables de l'entreprise Service de sauveteurs, basé à Québec. L'entreprise affirme avoir de la difficulté à recruter et à garder des professionnels formés.

Le nombre de sauveteurs a baissé drastiquement en un an. En 2019, 5 500 personnes ont reçu une formation, tandis qu'en 2020, seulement 2 400, selon l'entreprise de Québec.

Déception des touristes

Les clients sont toujours déçus remarquent M. Gagné. En fin de semaine, on a remboursé des campeurs , 10 % de leur réservation.

On ne peut pas rester comme ça alors que la chaleur est torride et que les gens ne peuvent pas accéder à la piscine. Au moins, il y a des jeux d'eau, dit-il.

Il n’y a pas qu’au Bas-Saguenay que les piscines sont fermées. À la Dam-en-Terre à Alma, il y avait seulement deux sauveteurs durant tout l'été, ce qui a occasionné des bris de service, notamment pour la plage.

Au camping de Val-Jalbert, la direction a dû fermer la piscine régulièrement en raison de cette pénurie de sauveteurs.

Afin d’éviter que la problématique ne se répète, la municipalité de L’Anse-Saint-Jean souhaite chercher une autre compagnie de sauveteurs ou alors former des jeunes directement sur place. Si on en trouve bien sûr, lance alors Anicet Gagné.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !