•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anglade presse Legault de rendre la vaccination obligatoire pour les fonctionnaires

Dominique Anglade en point de presse.

La cheffe libérale Dominique Anglade presse le premier ministre Legault de rendre la vaccination obligatoire pour tous les employés de l'État, y compris à l'Assemblée nationale.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada

« Je demande au premier ministre de décréter la vaccination obligatoire de tous les employés du gouvernement », a écrit Dominique Anglade, dimanche, à l’attention de François Legault sur Facebook.

Cette mesure est désormais nécessaire pour nous permettre de vivre avec le virus, conserver nos libertés actuelles et espérer retrouver une vie plus normale.

Une citation de :Dominique Anglade, cheffe de l'opposition officielle

La cheffe de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale a fait cette demande au premier ministre du Québec alors que, selon elle, nous sommes dans la quatrième vague de la pandémie. Pour en minimiser les effets, nous ne pouvons plus prendre des demi-mesures ni changer les plans chaque semaine. L’heure est à plus de fermeté, a insisté Mme Anglade.

Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 est dans une courbe ascendante au Québec depuis plusieurs jours. Mme Anglade considère que l’État, comme tout grand employeur, se doit de donner l’exemple pour résorber cette crise.

Obliger tous les travailleurs de l'État

Mme Anglade demande donc à François Legault de décréter la vaccination obligatoire pour tous les travailleurs de l’État, incluant ceux des réseaux de la santé et des services sociaux, de l’éducation [et] des services de garde en installation.

En outre, Mme Anglade voudrait que l’obligation de se faire vacciner soit étendue aux membres et aux employés de l’Assemblée nationale, et à tous ceux qui fréquentent les campus collégiaux et universitaires au Québec.

Elle limite cependant cet impératif aux personnes qui devraient être exemptées de cette mesure parce qu'elles ont des raisons médicales.

La majorité des Québécois sont vaccinés et fatigués de la pandémie, et ne veulent pas revivre les effets d’un reconfinement ni reperdre leurs libertés après tant de sacrifices, a écrit Mme Anglade.

Malheureusement, la situation est inquiétante. Pour une cinquième semaine consécutive, les cas sont en hausse, cette fois de 46 %. Les hospitalisations anticipées, elles, sont en hausse de 69 %.

Une citation de :Dominique Anglade, cheffe de l'opposition officielle

Pour la cheffe de l’opposition officielle, la science est catégorique. Elle presse le premier ministre d’agir puisque seulement 65,8 % [des Québécois] ont reçu leurs deux doses, s’inquiète-t-elle. Elle ajoute que le gouvernement doit mettre en place les moyens nécessaires pour arriver aux taux fixés par la santé publique, et le meilleur moyen, selon elle, est de rendre la vaccination obligatoire, qui est un moyen efficace d’y arriver.

Le chef du Parti québécois souhaite un débat

De son côté, le chef du Parti québécois Paul St-Pierre-Plamondon a réagi sur Twitter en faisant savoir qu’il souhaite un débat juridique et éthique sur la question.

Pour lui, le temps n’est pas à la politisation du débat, qui polarise certains groupes et qui varie selon l’opinion publique. Il ne s’agit pas d’opposer une majorité à une minorité, mais bien d'amorcer un débat posé et réfléchi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !