•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cégépiens de retour en classe : « de vraies interactions, plutôt que par Zoom »

Sur une affiche est écrit «Bienvenue au Collège Lionel-Groulx».

La rentrée se fera à partir de lundi au Collège Lionel-Groulx comme dans beaucoup de cégeps dans la province.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

C’est lundi que s’amorce la rentrée scolaire dans les cégeps au Québec. Il s'agit, dans plusieurs établissements, de la première visite en présence des étudiants après un an et demi d’enseignement virtuel et de pandémie.

Ces derniers doivent cependant respecter plusieurs mesures sanitaires, dont le port du masque. Mais pour certains étudiants, ce qui compte, c’est juste retourner en classe, qu’il y ait un masque ou non, comme le mentionne Émilia Gagné, étudiante en deuxième année au Collège Lionel-Groulx.

Si certaines questions demeurent en suspens par rapport aux consignes de la santé publique, tout le monde a l’air enthousiaste, mentionne Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps.

Il reste des ajustements, des questions, surtout pour les activités à l’extérieur de la classe. Le cégep est un milieu de vie, ajoute-t-il, qui comporte beaucoup d’événements. En ce sens, il reste à déterminer ce qui est permis et ce qui ne l’est pas, et voir la situation évoluer avec la vaccination.

Prévenir les éclosions de COVID-19

Pour M. Tremblay, les collèges doivent veiller à mieux encadrer les éclosions de COVID-19, surtout avec le variant Delta, qui change la donne. Selon lui, la santé publique va donner de nouvelles indications la semaine prochaine, et le retour en classe avec le port du masque apportera de la sécurité et du confort aux étudiants.

Le port du masque devrait être obligatoire encore quelques semaines, prévoit M. Tremblay, le temps d’introduire le retour en classe et de voir l’effet de ce retour-là, et des mesures adaptées à la situation.

Il rappelle que les cégeps vont réévaluer la situation de la vaccination, et que 75 % des étudiants devraient avoir reçu leur deuxième dose d’ici la fin du mois d’août.

Un autobus transformé en site de vaccination, vu de l'extérieur.

Le VacciBus des Laurentides.

Photo : Radio-Canada

Il sera possible, précise M. Tremblay, d’obtenir le vaccin dans les établissements collégiaux. Les dirigeants de la campagne de vaccination souhaitaient que le plus de gens possible soient vaccinés durant la campagne générale de vaccination. Or, avec le retour en classe et selon les cégeps, il y aura soit un service de transport qui sera organisé pour faciliter la vaccination, soit des cliniques sur place, ou un « VacciBus » disponible à certains moments.

Il importe pour M. Tremblay de maintenir l’adhésion des étudiants et du personnel à la vaccination. Mais celui-ci reconnaît l’effort des personnes qui auront été vaccinées. C’est une question d’équilibre, et la santé publique [en a] tenu compte. M. Tremblay invite toute la communauté collégiale à se faire vacciner, mais il ne craint pas de mouvement de résistance.

Un cégep en ligne, ce n’est pas comme un cégep en vrai

Au Collège Lionel-Groulx, les étudiants rencontrés semblent visiblement heureux de retrouver les bancs d’école. C’est super, j’adore ça, j’ai hâte de commencer, lance Raphaël Gabouri. Je n’ai vraiment pas aimé ça [en virtuel], c’était difficile, j’aime vraiment mieux en présentiel.

Alexis Roberge, un autre étudiant qui effectue sa première rentrée, abonde dans le même sens : Les profs ont l’air super sympathiques, et j’ai hâte de commencer.

Un cégep en ligne, ce n’est pas comme un cégep en vrai, c’est vraiment la vie qui rend ça unique, souligne Édouard Thibault, un étudiant en deuxième année au Collège Lionel-Groulx.

Sa collègue Alexia Rousseau, qui participe avec lui à la journée d’accueil des nouveaux étudiants, poursuit en disant que c’est vraiment excitant de se faire de nouveaux amis, [car] même si ça fait déjà un an qu'on est ici, on ne s’est pas vraiment fait d’amis parce qu’on ne voyait personne.

Deux étudiants parlent à un micro de Radio-Canada.

Alexia Rousseau, à gauche, et Édouard Thibault, à droite, étudiants au Collège Lionel-Groulx

Photo : Radio-Canada

Les deux étudiants conseillent aux nouveaux de ne pas procrastiner, mais surtout d’apprécier la vie [au] cégep. Mme Rousseau ajoute, à l’attention des nouveaux étudiants, que s’ils ont besoin de conseils, on est là pour les diriger et leur montrer les bons services, et leur donner nos meilleurs conseils qui nous ont aidés pour passer une session.

On est tellement content de voir les étudiants, s’exclame pour sa part Sophie Lévesque, professeure de chimie au Collège Lionel-Groulx. On est très heureux de la rentrée en présence, en espérant que ça dure comme ça toute la session. Pour elle, la rentrée est une occasion d’avoir de vraies interactions, plutôt que par Zoom...

Un retour à la normalité espéré

C’est vraiment une rentrée spéciale, une rentrée en présence de tout le monde, dit Michel Louis Beauchamp, directeur général du Collège Lionel-Groulx. Il salue l’arrivée de ceux qui amorcent leur parcours collégial, et ceux qui l’ont commencé l’an dernier, mais qui n’avaient pas eu l’occasion de rentrer au Collège.

Tous les étudiants pourront donc visiter les locaux, être en contact avec les différents programmes d’études et les services offerts par le Collège Lionel-Groulx, dit-il. Les étudiants pourront carrément voir les salles de cours, ajoute M. Beauchamp.

Il plaide pour un retour à la normalité. Les activités parascolaires ne reprendront que la semaine prochaine, mais l’accueil des nouveaux étudiants est pour lui un moment très important, car pour ceux qui sont seuls à la maison, ce n’est pas facile pour la santé mentale, avance M. Beauchamp.

Michel Louis Beauchamp regarde la caméra.

Michel Louis Beauchamp, directeur général du Collège Lionel-Groulx

Photo : Radio-Canada

Il concède que le plus difficile était de maintenir la distanciation physique de 2 m, car dans les salles de classe, l’on passait de 30 à 15 étudiants, ce qui posait certains problèmes.

Par contre, le masque n’est pas un problème majeur pour M. Beauchamp. À ce sujet, il dit qu’il ne croit pas que l'on va avoir à jouer à la police, car les étudiants sont responsables.

La vaccination ne sera pas un problème non plus, d'après M. Beauchamp. Il rappelle que 86 % des étudiants ont reçu leur première dose, et 82 % ont reçu la deuxième, alors qu’il craignait un taux de vaccination en bas de 75 %.

M. Beauchamp indique aussi qu’il y aura une clinique de vaccination au Collège Lionel-Groulx.

Accompagner les étudiants en difficulté

Un programme de tutorat par les pairs, d’une durée de 10 semaines, a été instauré au Collège Lionel-Groulx à l’attention des étudiants qui éprouveront des difficultés.

Philipe Bélanger-Roy parle au micro, masqué.

Philipe Bélanger-Roy, coordonnateur du programme des sciences de la nature et professeur de biologie au Collège Lionel-Groulx

Photo : Radio-Canada

Il faut aller chercher les élèves en difficulté, insiste Philipe Bélanger-Roy, coordonnateur du programme des sciences de la nature au Collège Lionel-Groulx et professeur de biologie. Il explique que les enseignants ont un rôle d’accompagnement, ce qui est difficile par Zoom.

C'est beaucoup plus facile en personne de savoir qu'un étudiant éprouve des difficultés qu'à distance, quand on n’est pas capable, par exemple, de voir son visage, souligne-t-il.

M. Bélanger-Roy s’attend à certains retards au niveau des apprentissages au secondaire, mais il y a quand même beaucoup de motivation et d'intérêt de la part de nos étudiants.

Pour lui, le retour en présence tant espéré arrive enfin.

Avec les informations de Marie-Josée Paquette-Comeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !