•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bloc veut remplacer la Loi sur les Indiens et créer une péréquation verte

« Nous ne sollicitons pas tant un mandat d'opposition, qu'un mandat de propositions », selon le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet.

Debout derrière un lutrin, un homme s'adresse à la foule (en ombres chinoises).

Yves-François Blanchet, chef du Bloc, à Saint-Hyacinthe lors de la présentation de la plateforme du Bloc québécois.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Réuni en congrès à Saint-Hyacinthe, le Bloc québécois a présenté, dimanche, les grandes lignes d'une plateforme électorale axée sur une trentaine de mesures, dont l'augmentation des transferts en santé, le remplacement de la Loi sur les Indiens et la création d'une péréquation verte.

Depuis que le parti est arrivé à sortir du marasme et à faire élire 32 députés en 2019, nous avons réussi, je crois, à imposer la voix du Québec. Nous avons forcé tous les partis, je crois, à nous respecter, a déclaré le chef, Yves-François Blanchet, en ouverture du Conseil général électoral, qui vise à adopter la nouvelle plateforme du parti.

Le Québec s'est, je crois, réconcilié avec le Bloc.

Une citation de :Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Selon lui, « on arrive avec beaucoup, beaucoup de nouvelles propositions. Elles vont vivre dans le prochain Parlement. Et ne vivre que mieux si celui-ci est minoritaire ».

Le parti espère en effet obtenir la balance du pouvoir pour pouvoir faire avancer certains dossiers dans des domaines aussi variés que l'autonomie du Québec, l'environnement et l'économie.

Le « principal cheval de bataille » du Bloc portera sur l'augmentation des transferts en santé à hauteur de 35 % des coûts des soins des provinces.

Le parti veut aussi faire en sorte que plan de relance gouvernemental inclut des sommes pour les 65 à 75 ans, afin qu'ils « profitent d’une retraite digne des efforts qu’ils ont consacrés toute leur vie à leur famille, leur communauté et leur nation ».

L'identité québécoise

Parmi les propositions à saveur identitaire, le Bloc veut :

  • faire de la connaissance suffisante du français une condition pour obtenir la citoyenneté canadienne au Québec;
  • qu’aucune somme d’argent public ne soit investie dans des contestations judiciaires des lois québécoises telles que la Loi sur la laïcité de l'État;
  • que soit créé un organisme québécois se substituant au CRTC « parce qu’on ne confie pas sa culture à la nation voisine »;
  • que le Québec puisse conclure des traités internationaux;
  • Remplacer la Loi sur les Indiens imposée il y a 150 ans par un ensemble de traités de nations à nations, librement consentis.

Lors de la période de questions des journalistes, le chef du Bloc a dû expliquer pourquoi la plateforme, qui compte 17 pages, ne contenait nulle part le mot « indépendance ».

M. Blanchet a d'abord expliqué qu'il n'y avait pas eu de changement récent à l'Assemblée nationale du Québec et on ne peut pas inventer un contexte.

Cette époque où la politique se décidait en mesurant l'indépendantisme avec un "indépendantomètre", pour moi, c'est complètement terminé.

Une citation de :Yves-François Blanchet, chef du Bloc

Ce dernier a toutefois ajouté que chacun des éléments contributifs de notre programme évoquait l'indépendance.

Le volet économique

Sur le plan économique, les membres du Bloc prônent la suspension de la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE) entre les vagues pandémiques, afin de ramener des milliers de travailleurs sur le marché du travail.

La plateforme électorale met de l'avant un impôt sur les grandes fortunes, une taxe de 3 % sur les géants du numérique et un plan pour désenclaver les régions, qui sera présenté plus tard durant la campagne.

Le parti demandera aussi à Ottawa d'offrir jusqu'à 50 semaines d'assurance-maladie aux grands malades, plutôt que les 15 à 26 semaines actuellement autorisées.

Le volet environnemental occupe aussi une grande part de la feuille de route du Bloc, qui demande l'instauration d'une péréquation verte.

Il s'agit d’imposer le principe du pollueur-payeur et de récompenser les efforts des provinces qui luttent effectivement contre les changements climatiques.

Une citation de :Extrait de la plateforme du Bloc

Le parti, qui réclame la fin des subventions aux énergies fossiles, propose d'instaurer une loi contre l'obsolescence programmée. Il demande également une enquête sur les liens entre Santé Canada et les multinationales fabriquant des pesticides.

Favoriser l'environnement, ce n'est pas s'appauvrir, c'est créer autrement plus de richesse, a déclaré M. Blanchet, qui estime qu'écologisme et nationalisme économique vont de pair.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !