•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conservateurs proposent d'ouvrir 1000 lits de plus pour traiter les toxicomanes

Un homme devant un lutrin prononce un discours.

Erin O’Toole, chef du PCC

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Afin de combattre la crise des opioïdes et plus généralement d'aider les Canadiens aux prises avec des problèmes de dépendance, le Parti conservateur promet, s'il forme le prochain gouvernement fédéral, d'investir 325 millions de dollars sur trois ans pour construire 50 centres communautaires et d'ouvrir 1000 lits pour les toxicomanes.

Comme premier ministre, je vais traiter l’épidémie d’opioïdes comme une crise sanitaire. Ça veut dire qu’on va aider les gens qui souffrent de toxicomanie, a déclaré le chef conservateur Erin O'Toole, dimanche, lors de la présentation de son plan pour lutter contre la toxicomanie.

En tant que vétéran de l'armée impliqué auprès des anciens combattants, M. O'Toole indique être sensibilisé à la question. Il a souligné que chaque jour 17 Canadiens perdent la vie pour des causes liées à la consommation d'opioïdes et que ce nombre avait doublé depuis le début de la pandémie.

Cela représente près de 20 000 décès depuis 2016, selon les chiffres avancés par les conservateurs.

S'il devient premier ministre, le chef du PCC promet de revoir la stratégie gouvernementale axée sur la réduction de méfaits pour y ajouter une approche de promotion du rétablissement. Cela n'impliquerait pas la fermeture des sites d'injection supervisée, a-t-il indiqué lors de la période de questions.

On traite les patients avec la compassion qu'ils méritent et offre le soutien médical et l'entraide nécessaires pour aider les personnes en difficulté à se rétablir et à reconstruire leur vie.

Une citation de :Extrait du communiqué de presse du Parti conservateur

Le PCC indique aussi vouloir établir des partenariats avec les provinces afin de s'assurer que les trousses de naloxone sont gratuites partout au Canada. Ce médicament permet de traiter rapidement les personnes faisant une surdose.

Silence sur la décriminalisation

Si le chef conservateur milite en faveur d'un système de justice plus compréhensif envers les personnes toxicomanes, Erin O'Toole croit en revanche qu'il faut durcir le ton envers les trafiquants de drogue.

Il ne s'est toutefois pas prononcé quant à l'idée avancée par plusieurs directions régionales de santé publique de décriminaliser la possession de toutes les drogues.

On doit les traiter, pas les punir. Ce n'est pas approprié d'avoir une peine sévère pour une personne avec une maladie.

Une citation de :Erin O'Toole, chef du Parti conservateur du Canada

Une attention particulière sera aussi portée aux communautés autochtones, à travers un engagement d'un milliard de dollars sur cinq ans visant à bonifier les programmes d'aide en santé mentale. C’est le temps de reconnaître que la santé mentale est la santé, a déclaré le chef conservateur.

De son côté, le Parti libéral du Canada prévoit 598 millions de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !