•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Colère et désespoir en Haïti une semaine après le séisme meurtrier

Une foule entoure un cercueil, prêt à être enterré.

Des gens participaient à des funérailles après le tremblement de terre du 14 août, à Marceline près des Cayes, en Haïti, le 21 août 2021.

Photo : Reuters / HENRY ROMERO

Radio-Canada

Les tensions s'intensifient en Haïti, où la population s'impatiente devant la lenteur pour acheminer l'aide humanitaire dans les secteurs les plus touchés par le tremblement de terre survenu il y a une semaine. La secousse de magnitude 7,2, qui a fait près de 2200 morts a causé la dévastation dans le sud du pays, et plusieurs obstacles se dressent pour acheminer l'aide en toute sécurité.

La remise sur pied du pays s'annonce laborieuse; des convois humanitaires commencent à distribuer les denrées de première nécessité, mais les quantités sont trop souvent insuffisantes.

Des distributions sans caractère officiel ont ainsi eu lieu vendredi aux Cayes, troisième ville d'importance en Haïti, largement détruite par le séisme. Menées par des particuliers sans connaissance logistique, ces répartitions de dons ont été réalisées au pied des camions, en lançant des sacs de riz sur la foule sans sélection au préalable, a constaté un photographe de l'AFP.

Un homme en retient un autre alors qu'une foule les regarde.

Un pompier retient un habitant après une bagarre lors d'une distribution de nourriture aux Cayes, en Haïti, le 21 août 2021.

Photo : Reuters / RICARDO ARDUENGO

Des citoyens exaspérés ont d’ailleurs attaqué un camion de livraison de nourriture samedi, ce qui a forcé les travailleurs humanitaires à annuler l'opération.

Nous sommes préoccupés par la détérioration de la situation qui risque de perturber notre assistance aux Haïtiens vulnérables, a déclaré Pierre Honnorat, directeur du Programme alimentaire mondial des Nations unies en Haïti.

Un affrontement a aussi éclaté vendredi après la visite de l'ancien président Michel Martelly dans un hôpital aux Cayes, où l'un de ses employés a laissé derrière lui une enveloppe contenant de l'argent, ce qui a déclenché une violente bousculade.

Espoir de retrouver des survivants

Les recherches se poursuivaient samedi dans les décombres, puisque 332 personnes sont toujours portées disparues. Des secouristes haïtiens et mexicains ont fait une découverte improbable vendredi soir grâce à des radars qui ont détecté des signes de respiration ou de mouvement.

Nous espérons un miracle, a déclaré Luis Alva, l'un des secouristes mexicains de Rescate Internacional Topos.

Des responsables et des habitants de villages touchés par le séisme continuent de recenser les morts et les disparus.

Des dizaines de milliers de maisons sont en ruine, ce qui force de nombreuses familles à dormir dehors malgré les pluies torrentielles. La saison des ouragans dure jusqu'à la fin novembre dans les Caraïbes, et le premier ministre Ariel Henry a averti les habitants de se préparer à de nouvelles tempêtes.

Mobilisation internationale

Un navire de guerre américain, le USS Arlington, se dirige actuellement vers Haïti avec à bord des hélicoptères et une équipe de chirurgiens pour participer aux opérations de secours, a déclaré le secrétaire à la Défense américain, Lloyd Austin.

Une livraison de 9,7 tonnes d’eau, de fournitures médicales et de trousses hygiéniques est d’ailleurs arrivée à Port-au-Prince vendredi, envoyée par le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF). L’organisation a affirmé qu’une autre livraison de 30 tonnes devrait arriver au cours des prochains jours.

Un paquebot à quai.

Un paquebot rempli de nourriture envoyé par la République dominicaine arrive à Jérémie, en Haïti, le 20 août 2021.

Photo : Reuters / STRINGER

Parallèlement, une équipe de recherche et de sauvetage de l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a quitté Port-au-Prince samedi matin pour fournir de l’aide aux sinistrés.

L'accès aux zones les plus touchées a été entravé par des glissements de terrain et des dommages causés à une autoroute. Les combats entre gangs ont aussi compliqué les déplacements entre Port-au-Prince et les régions du sud du pays, où les cultures agricoles et l'accès à l'eau potable ont été détruits par le séisme.

Crise politique

La catastrophe survient à peine un mois après l’assassinat du président Jovenel Moïse par un commando armé composé de mercenaires colombiens. L'enquête pour déterminer les commanditaires de cette attaque est au point mort.

Avant son meurtre, le chef d'État très décrié gouvernait seul, par décret, car il n'avait pas organisé les élections législatives qui auraient dû se tenir en 2018. Vendredi, en session extraordinaire de l'Organisation des États américains (OEA), le premier ministre Ariel Henry a promis de travailler à l'organisation d'élections nationales le plus rapidement possible.

J'ai pris l'engagement de tout mettre en œuvre pour remettre mon pays sur les rails d'une démocratie fonctionnelle […] Il est impératif que nous retournions rapidement au fonctionnement normal des institutions démocratiques, a-t-il déclaré par vidéoconférence.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !