•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En esquivant la justice, Paul Mukendi « aggrave sa situation »

Le révérend Paul Mukendi prend la route de la prison.

Aussitôt après avoir été condamné, en juin 2019, le révérend Paul Mukendi avait été conduit en prison.

Photo : Radio-Canada

Paul Mukendi, le pasteur condamné à 8 ans de prison pour des crimes sexuels commis contre une adolescente pendant une période de 14 ans, demeure introuvable 2 jours après avoir manqué à son obligation de se livrer à la justice.

Débouté par la cour d’appel lundi dernier, Paul Mukendi avait ordre de se rendre aux autorités avant vendredi 15 h pour commencer à purger sa peine.

Or, il esquive la prison, plaidant vivre une injustice malgré sa condamnation au palais de justice de Québec en 2019.

Paul Mukendi est reconnu coupable d’avoir agressé sexuellement, menacé de mort et blessé une victime qui était adolescente au commencement des sévices. Les crimes ont eu cours pendant 14 ans. La jeune fille était sous son autorité.

En attendant un verdict de la cour d’appel, le tribunal avait autorisé la remise en liberté de Paul Mukendi.

En se dérobant comme il le fait à la justice, Paul Mukendi s’expose à d’autres accusations, explique Marie-Hélène Giroux, avocate criminaliste.

Il est en bris de ses conditions de remise en liberté, souligne-t-elle. C’est une infraction en soi. Il pourra faire l’objet d’accusations criminelles supplémentaires.

Il est en liberté illégale, poursuit Walid Hijazi, lui aussi avocat criminaliste. Il encourt une nouvelle peine de prison qui serait consécutive à celle qu’il doit déjà purger.

Il est en train d'aggraver sa situation

Dès vendredi, des messages publiés sur les réseaux sociaux ont confirmé que Paul Mukendi fuyait volontairement la justice. Ces publications infirment les éventuelles prétentions à l’innocence que le fugitif pourrait avancer pour non-respect de conditions, selon Me Hijazi.

« En faisant des déclarations publiques sachant qu'il doit se constituer détenu, il est en train d'aggraver sa situation. »

— Une citation de  Me Walid Hijazi, avocat criminaliste

Paul Mukendi n’en a pas fini avec la justice. Un autre procès pour agressions sexuelles attend le pasteur, qui officie à l’église évangélique Parole de vie, dans le quartier Vanier, à Québec.

Ses fidèles convaincus de son innocence

Dimanche, ses fidèles ont continué de défendre avec acharnement celui qu’ils appellent l’apôtre.

Drapés de blanc et, surtout, de la conviction que leur pasteur était innocent malgré le verdict contraire des tribunaux, ils ont accusé les médias d’avoir monté une cabale contre lui.

Pendant ce temps, impossible d’obtenir des détails concernant l’état des recherches policières. Au cours de la fin de semaine, personne, au Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), n’était en mesure de clarifier si le fugitif se trouvait toujours sur le territoire de la capitale ni s’il détenait toujours un passeport.

Le SPVQ assure que le point sera fait lundi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !