•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jagmeet Singh promet de s'attaquer à la crise du logement

Jagmeet Singh parle entouré de jeunes devant des édifices.

Le chef du NPD Jagmeet Singh a dévoilé ses engagements en matière de logement abordable à Toronto, en Ontario, samedi.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, promet de s’attaquer à la crise du logement qui sévit au Canada et de la résoudre en rendant notamment les loyers plus abordables.

Dans cette crise de la pandémie, on vit aussi d’autres crises. Une crise qui frappe fort est celle du logement. C’est tellement difficile de louer en logement, difficile d'acheter une maison, mais aussi tellement difficile de louer une maison, a-t-il reconnu, avant d'ajouter que c’est un enjeu qui touche tous les Canadiens.

De l’avis du chef néo-démocrate, la situation a empiré depuis l’arrivée au pouvoir des libéraux. Jagmeet Singh a cité en exemple la ville de Toronto, où le loyer annuel moyen a augmenté de 4212 $ au cours des six dernières années.

Justin Trudeau aime dire qu’il crée des logements abordables pour les gens, mais en réalité, il donne aux riches propriétaires des millions de dollars pour construire des immeubles d’habitation inabordables et faire grimper le prix des loyers.

Une citation de :Jagmeet Singh, chef du NPD

Pour régler la problématique du logement inabordable, M. Singh propose d’imposer une taxe de 20 % aux étrangers qui désirent acquérir des propriétés au Canada, afin de les décourager.

Les Canadiens ne devraient pas être en compétition avec des investisseurs étrangers lorsqu’ils s’achètent une maison. [...] Les Canadiens devraient être capables de se trouver une maison en fonction de leur budget, a-t-il déclaré.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

Un congé de TPS

De plus, il s’engage à offrir un congé de TPS (taxe sur les produits et services) aux promoteurs immobiliers intéressés à construire des logements qui répondent aux normes strictes d’abordabilité. Il suggère aussi de créer un fonds pour aider les organismes à but non lucratif à acquérir des propriétés.

M. Singh souhaite également construire 500 000 logements abordables sur dix ans. Il prévoit offrir une aide aux familles pouvant aller jusqu’à 5000 $ par an pour se loger. Le chef précise qu’il s’agit d’une aide temporaire pendant que nous nous attaquons au problème des listes d’attente pour les logements sociaux et abordables.

Il promet par surcroît de lutter contre les rénovictions, qui se produisent autant à Burnaby, la circonscription qu’il représente, qu’à Toronto et à Montréal.

Il blâme les libéraux de tolérer cette pratique qui consiste à évincer des locataires pour que le propriétaire rénove le logement et le loue ensuite à plus grands frais. Les gens perdent leur appartement, car ils ne peuvent plus le payer, se désole Jagmeet Singh.

Augmenter la flotte de logements sociaux

Interrogé sur le modèle montréalais de la mairesse Valérie Plante, qui vise à promouvoir la construction de logements sociaux, abordables et familiaux, le chef du NPD considère qu'il s'agit du genre d’engagement dont le pays a besoin.

Ce qui manque au niveau fédéral, c’est d’avoir un allié qui s’engage avec une approche sérieuse pour faire face à la crise du logement. On a besoin d’un investissement dans les logements sociaux et abordables, a-t-il dit.

On a des outils au niveau fédéral pour prioriser, pour encourager les promoteurs de construire des logements abordables. On a aussi des outils pour mettre fin aux échappatoires qui laissent les riches investisseurs utiliser le système.

Une citation de :Jagmeet Singh, chef du NPD

Dans cette élection, vous avez un choix, un choix entre Justin Trudeau, qui laisse les riches investisseurs exploiter le système et gagner des profits records, ou vous pouvez voter pour le NPD, qui va faire face à la crise du logement, a-t-il insisté.

Pour financer ses engagements, le parti s'attend à ce que les ultrariches paient leur juste part grâce à une taxe sur la fortune, que les sociétés étrangères qui font des affaires au Canada paient des impôts, comme Amazon par exemple, et en combattant l’évasion fiscale.

Pour en savoir plus :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !