•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Bernier, chef du PPC, exclu des débats des chefs

Maxime Bernier, songeur.

Maxime Bernier est le chef du Parti populaire du Canada.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Maxime Bernier, le chef du Parti populaire du Canada (PPC), ne répond pas aux critères pour faire partie des débats des chefs, a annoncé samedi la Commission des débats des chefs.

Le Parti populaire du Canada ne répondait à aucun des trois critères permettant sa participation, à savoir :

  • Avoir un député élu en Chambre au nom du même parti élu (un transfuge n'est pas comptabilisé);
  • Avoir obtenu 4 % des voix à l'élection précédente;
  • Obtenir au moins 4 % des intentions de vote cinq jours après la date du déclenchement des élections.

Pour déterminer si le PPC atteignait le seuil des 4 % dans les intentions de vote, la Commission des débats des chefs a utilisé les résultats de neuf sondages. Le parti y plafonnait entre 0,7 % et 5,2 % des intentions de vote, avec une moyenne de 3,27 %, soit en deçà du seuil acceptable.

Je suis déçu, car les derniers sondages nous donnaient, 4, 5 et même 6 % des voix, a mentionné M. Bernier, qui a souligné que la prise en compte des sondages en début de semaine, où le parti récoltait autour de 1 % des intentions de vote, lui a nui.

La méthodologie n'est pas tout à fait exacte, mais je ne blâme pas la Commission, qui au moins avait des critères clairs et précis, a-t-il déclaré.

« Je blâme plutôt l'establishment du cartel des politiciens qui a tout fait pour marginaliser le Parti populaire depuis sa formation. »

— Une citation de  Maxime Bernier, chef du PPC

Ce dernier s'en est aussi pris à la couverture médiatique des grands médias nationaux. Les verts sont à peu près au même niveau que nous dans les sondages et ont moins de candidats approuvés, et ils sont partout dans la couverture des grands médias nationaux, alors que nous, on n'est pas là, a-t-il déploré.

Lors de l'élection précédente, en 2019, M. Bernier était arrivé à se faire inviter aux débats des chefs, mais les règles d'admission ont été resserrées depuis.

Élu quatre fois et de façon ininterrompue de 2006 à 2015, lorsqu’il défendait les couleurs du Parti conservateur, Maxime Bernier avait échoué, en 2019, à se faire élire sous la bannière du PPC qu’il avait récemment fondé.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

Réactions politiques

Avant l'annonce de la décision de la Commission, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, a souligné en point de presse que M. Bernier propageait des idées qui nuisaient à la santé des gens.

Selon lui, il tient des propos qui sont contre la science, et des messages comme ça, ça fait mal à notre réponse à la pandémie et à nos efforts pour vacciner toute la population et la protéger.

La direction du NPD avait personnellement écrit à la Commission pour demander que M. Bernier soit écarté des débats des chefs, car, d'après elle, il fait fréquemment la promotion de théories du complot d’extrême droite sur les réseaux sociaux et son comportement risque de nuire à la réputation des débats des chefs.

De son côté, Mélanie Joly, candidate sortante du Parti libéral du Canada dans Ahuntsic-Cartierville, a dit respecter la décision sans vouloir la commenter, puisqu'elle émane d'une commission indépendante.

Le chef du Parti conservateur du Canada, Erin O'Toole, et le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, n'ont quant à eux pas été questionnés sur le sujet par la presse.

Les débats des chefs se tiendront d’abord en français, le 8 septembre, et ensuite en anglais, le 9 septembre. M. Bernier n’a pas été invité non plus au débat qui sera présenté le 2 septembre sur les ondes de TVA et de LCN.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !