•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sécheresse fait grimper le prix du blé et de l’épicerie

Une moissonneuse dans un champ de blé.

Une moissonneuse dans un champ de blé

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En raison des sécheresses records qui sévissent dans l'Ouest canadien, le coût de nombreux aliments va augmenter davantage dans les prochains mois.

On essaie de garder les prix stables, comme ça a toujours été. Mais à un moment donné, on ne sera plus capable et on sera obligé d'augmenter les prix, prévient Gustavo Berthe, propriétaire de Pâtes fraîches Coloccia.

Son entreprise fournit les pâtes fraîches à de nombreux clients, dont l’épicerie Milano, à Montréal, et les paniers Lufa. Elle fabrique environ une tonne et demie de pâtes par semaine.

Or, sa matière première coûte maintenant plus cher : le prix du blé a presque doublé en une année sur les marchés américains.

Jean-Philippe Boucher, agronome spécialisé dans les marchés financiers agricoles, de l’entreprise Grainwiz, estime que les prix vont probablement augmenter encore.

À l'heure actuelle, ils sont déjà très élevés. Est-ce qu'ils peuvent grimper davantage? Certainement, considérant qu'on a encore quelques milles à faire pour avoir les récoltes qu'on a eues, explique-t-il.

Une main tenant des pâtes fraîches sortant d'une machine.

Fabrication de pâtes fraîches

Photo : Radio-Canada

L'Ouest canadien est l'un des plus importants exportateurs de blé du monde. Les agriculteurs des Prairies ont connu une baisse de 75 % de leur production cet été.

L'effet se fait d'autant plus sentir que d'autres grands producteurs comme les États-Unis, l'Union européenne et la Russie ont eux aussi connu d'importants épisodes de sécheresse.

Le changement climatique est bien installé, est bien là, on le voit depuis les dernières années. Toute la question de la gestion de l'eau est assez importante, affirme Martin Caron, vice-président de l’UPA.

Pour les denrées non périssables, les conséquences sur le prix ne devraient pas être immédiates.

On voit des épis de blé à maturité, en gros plan, dans un champ.

Le prix du blé explose

Photo : iStock

Si les coûts de matière augmentent, c'est sûr qu'éventuellement ça va se rendre haut. Parce que ça passe par la transformation, la distribution et au détail. C'est sûr qu'à un moment donné, ça se peut qu'il y ait un impact là-dessus, explique Stéphane Lacasse, de l'Association des détaillants en alimentation.

Il faudra donc attendre l'année prochaine pour prendre toute la mesure des conséquences de cette sécheresse sur le coût de notre panier d'épicerie.

Avec le reportage de Alexie André-Bélisle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !