•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections fédérales : quatre luttes à surveiller en Saskatchewan

Montage photo des candidats qui se présentent dans la circonscription de Desnethé–Missinippi–Churchill River en Saskatchewan.

Les trois candidats ayant le plus de chances de remporter la circonscription de Desnethé–Missinippi–Rivière Churchill. En haut à gauche : le candidat libéral, Buckley Belanger. À sa droite : le député conservateur sortant, Gary Vidal. En dessous : la candidate du NPD, Harmonie King.

Photo : Radio-Canada

Alors que le Parti conservateur espère remporter de nouveau toutes les circonscriptions de la Saskatchewan, quatre d’entre elles sont à surveiller durant cette campagne électorale.

Lors du scrutin de 2015, le Nouveau Parti démocratique a connu une petite vague orange en faisant élire trois députés en Saskatchewan, alors que le parti enregistrait des pertes ailleurs au pays.

Ces trois députés ont pu représenter les circonscriptions de Desnethé–Missinippi–Rivière Churchill, de Regina–Lewvan et de Saskatoon-Ouest jusqu’en 2019, avant que les conservateurs ne les remportent.

C'est également lors du dernier scrutin fédéral que les conservateurs ont remporté le quatrième siège qui leur échappait toujours : la circonscription de Regina–Wascana, le château fort libéral de Ralph Goodale.

Selon deux experts, ces quatre circonscriptions sont celles qui retiendront l’attention d'ici le 20 septembre.


Desnethé–Missinippi–Rivière Churchill

Tout d’abord, le professeur d’études politiques à l’Université de Regina Tom McIntosh estime qu’un candidat en particulier rend la circonscription Desnethé–Missinippi–Rivière Churchill, dans le nord de la province, intéressante dans le cadre de cette campagne électorale.

Le 10 août dernier, le député provincial du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan, Buckley Bélanger, a démissionné de son poste afin de briguer l’investiture libérale de cette circonscription.

Ce dernier représentait la circonscription provinciale d’Athabasca depuis 1995.

Selon Tom McIntosh, le nord de la province est susceptible de pencher en faveur de personnalités comme celle de Buckley Bélanger. Ce gain serait d’ailleurs d'une grande importance pour les libéraux dans le cas d’une victoire électorale, croit le politologue.

Si Buckley Bélanger remporte cette circonscription, il pourrait bien s’agir du seul élu libéral en Saskatchewan, explique Tom McIntosh. Sa victoire pourrait donc même mener à un siège au sein du Cabinet [si les libéraux remportent les élections].


Regina–Wascana

L’autre percée possible des libéraux sur le territoire saskatchewanais se trouve dans l’ancien bastion de Ralph Goodale, la circonscription de Regina–Wascana.

Le député conservateur Michael Kram est parvenu à battre le politicien de longue date lors des élections de 2019 avec une avance de plus de 7000 voix.

Le haut-commissaire du Canada au Royaume-Uni, Ralph Goodale, discute avec les médias à Cornwall, au Royaume-Uni, lors d'un sommet du G7.

À la suite de sa défaite en 2019, Ralph Goodale a accepté le poste de haut-commissaire du Canada au Royaume-Uni. (archives)

Photo : CBC / Murray Brewster

Le politologue Stephen Kenny se demande désormais si c’était le politicien ou le parti qui tenait si fermement la circonscription.

Voici ma question : était-ce les libéraux qui tenaient la circonscription ou était-ce monsieur Goodale?

Néanmoins, Stephen Kenny croit que le nouveau candidat libéral pour Regina–Wascana, Sean McEachern, pourrait être considéré comme le dauphin de Ralph Goodale.

Sean McEachern était l’assistant de M. Goodale lorsque ce dernier était ministre des Finances, souligne M. Kenny.

On a deux très sympathiques candidats, tant du côté conservateur que du côté libéral. Ils sont tous les deux de Regina, très attachés à leur circonscription et de bons représentants de leurs partis.

Une citation de :Stephen Kenny, politologue

Le politologue note également que le candidat libéral a travaillé de nombreuses années au sein de l'Association des municipalités urbaines de la Saskatchewan.


Regina–Lewvan

Toujours dans la capitale provinciale, Stephen Kenny est d'avis que les néo-démocrates vont tenter de reprendre la circonscription ReginaLewvan, perdue en 2019.

Selon lui, la circonscription a été arrachée aux néo-démocrates à cause des divisions au sein du parti concernant M. Weir.

Le député Erin Weir avait été suspendu du caucus après avoir été visé par une enquête pour des plaintes de harcèlement.

Stephen Kenny croit que la candidate actuelle, Tria Donaldson, pourrait ainsi faire une percée.

Je crois que les néo-démocrates espèrent guérir les blessures et s'unir pour regagner Regina-Lewvan.


Saskatoon-Ouest

La circonscription de Saskatoon-Ouest a elle aussi été remportée en 2015 par la néo-démocrate Sheri Benson. Cette dernière n'avait toutefois qu'une avance de moins de 3000 voix sur son adversaire conservateur.

Quatre ans plus tard, Mme Benson était délogée par un nouveau visage du Parti conservateur. Encore une fois, par un peu moins de 3000 voix.

Le député conservateur sortant a remporté la circonscription de très peu lors de la dernière élection. Les libéraux et les néo-démocrates peuvent espérer prendre Saskatoon-Ouest, estime Stephen Kenny.

Aujourd'hui, le candidat du Nouveau Parti démocratique pour cette circonscription est Robert Doucette, l’ancien chef de la Nation métisse de la Saskatchewan. Alphonsus Rajakumar sera, pour sa part, le candidat libéral pour la circonscription. Tous les deux affronteront le député conservateur sortant, Brad Redekopp.

Avec les informations de Fred Harding

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !