•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Championnat du monde de hockey féminin débute à Calgary, mais sans public

Les joueuses célébrant ensemble face à une tribune vide.

L'équipe canadienne est parmi les favorites du tournoi. Mais à domicile, les joueuses devront évoluer sans leur public pour au moins les matchs de groupe.

Photo : Matthew Murnaghan / Hockey canada

Geoffrey Gaye

Le Championnat du monde de hockey féminin débute ce vendredi à Calgary. Les Canadiennes, parmi les favorites de la compétition, ne pourront pas compter sur leur public lors des matchs de groupe en raison des restrictions sanitaires.

Nous sommes ici pour gagner ce championnat du monde, c’est d’abord et avant tout une priorité absolue, annonce Troy Ryan, l’entraîneur de l’équipe canadienne, jeudi en conférence de presse. Les Canadiennes font effectivement partie des trois favorites dans ce tournoi, avec les Américaines, quintuples tenantes du titre, et les Finlandaises.

C’est d’ailleurs contre ses dernières que les joueuses entament la compétition ce vendredi à l'aréna WinSports de Calgary. La capitaine Marie Philip-Poulin et ses coéquipières retrouvent ainsi les adversaires qu’elles ont déjà battues (4-1) mercredi soir en match de préparation.

Une joueuse canadienne portant le numéro 19 tirant dans les buts face à deux Finlandaises.

L'équipe canadienne a joué un match de préparation face à la Finlande mercredi soir, remporté 4-1.

Photo : Matthew Murnaghan / Hockey canada

Danièle Sauvageau, entraîneuse au Centre de haute performance de Montréal et ancienne entraîneuse de l’équipe nationale, voit déjà une finale opposant les États-Unis au Canada. Selon elle, l’équipe canadienne devra être plus efficace offensivement et ne rien laisser passer en défense pour sortir médaillée d’or de ce tournoi.

« Il faudra capitaliser sur les chances de marquer. On a vu l'équipe du Canada moins compter de buts par rapport au nombre de lancer ces dernières années. »

— Une citation de  Danièle Sauvageau, entraîneuse au Centre de haute performance de Montréal

Pas de public pour les 20 premiers matchs

Jouer ce tournoi à domicile sera-t-il un avantage pour l’équipe canadienne? Rien n’est moins sûr. L’organisation de ce championnat du monde a déjà décidé de ne pas ouvrir les tribunes aux spectateurs lors des 20 matchs de groupe qui se tiendront du 20 au 26 août.

Nous restons proches des consignes de santé publique de l'Alberta et du gouvernement fédéral. Nous essayons de regarder les risques et nous voulons protéger les voyageurs internationaux, tout comme les Canadiens et les Albertains, dit Dean Macintosh, vice-président des événements de Hockey Canada.

Il explique que les participantes du tournoi ont dû s’isoler dans leur pays du 3 au 10 août. Durant ces dates, elles ont subi trois tests de dépistage, tous négatifs. Puis, elles sont arrivées au Canada et sont restées en quarantaine jusqu’au 16 août. Et durant ce temps, elles ont été testées le 10 août et le 15 août.

Perturbations pandémiques

Initialement, ce championnat aurait dû se dérouler l'année dernière à Halifax et à Truro, en Nouvelle-Écosse. Il devait se tenir du 6 au 16 mai, mais à quelques jours d’avis il avait été annulé par le gouvernement néo-écossais qui souhaitait protéger sa population de la pandémie.

La gardienne et une joueuse de l'équipe canadienne se tapant dans la main.

C'est la première fois que le Championnat du monde de Hockey se déroule à Calgary, mais c'est sa huitième tenue au Canada.

Photo : Matthew Murnaghan / Hockey canada

Les joueuses quant à elles, disent avoir hâte de retrouver la glace. Je suis enthousiaste. Cela a été long. Nous nous sommes entraînés pendant des mois. Nous sommes impatientes de jouer, dit Brianne Jenner.

À près de six mois des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, ce championnat à Calgary est, selon Danièle Sauvageau, « une bonne préparation » pour l’équipe canadienne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !