•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les libéraux promettent 10 jours de congés payés pour les employés fédéraux

Justin Trudeau derrière un micro, entouré de candidats, dans une épicerie.

Justin Trudeau promet d'instaurer la mesure concernant les congés payés dans les 100 premiers jours d'un éventuel troisième mandat.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Dix jours de congé de maladie payés : c'est ce que le chef libéral Justin Trudeau promet à tous les employés relevant du fédéral.

Le chef libéral était dans un supermarché de Winnipeg pour faire cette annonce.

La mesure s'inspire de la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (Prestation canadienne de maladie pour la relance économique), mise en place durant la pandémie. Cette mesure offre une aide financière aux travailleurs qui doivent s'absenter du travail pour cause de maladie et dont les employeurs n'offrent pas de congés payés.

On sait que, dans la vie, il y a toujours des imprévus, même quand il n'y a pas de pandémie, a dit Justin Trudeau lors de son point de presse.

Dans les faits, cette mesure était déjà largement répandue au gouvernement et chez les employeurs fédéraux. Les libéraux veulent ainsi la normaliser, entre autres en l'incluant dans le Code du travail canadien.

Comme gouvernement, et comme le plus grand employeur du pays, c'est à nous de montrer l'exemple, a dit le premier ministre sortant. Il a ainsi promis que cette mesure entrerait en vigueur dans les 100 premiers jours d'un gouvernement libéral réélu.

Pour l'heure, cette annonce touche uniquement les employés qui relèvent du gouvernement fédéral. Or, Justin Trudeau espère que les provinces emboîtent le pas et qu'elles offrent le même avantage à leurs employés.

Le NPD promet aussi d'octroyer 10 jours de congés payés aux employés fédéraux.

C’est un acte de cynisme que Justin Trudeau, après 18 mois, annonce, pendant une élection, un programme comme ça, a réagi le chef du NPD, Jagmeet Singh, vendredi après-midi.

On avait besoin de ça il y a 18 mois et on sait que les travailleurs et travailleuses sont allés au travail, ils sont tombés malades et plusieurs travailleurs et travailleuses ont perdu leur vie. On aurait pu sauver ces vies, a-t-il soutenu.

De l'argent pour la ventilation

Vous ne devriez pas être forcé d'aller travailler si vous ne vous sentez pas bien, vous ne devriez pas non plus être à risque d'attraper quelque chose au travail, a enchaîné Justin Trudeau.

Les libéraux promettent ainsi un crédit d'impôt aux entreprises qui souhaitent se doter d'un système de ventilation adéquat, ou qui veulent améliorer celui qu'elles ont déjà.

Cette mesure couvrira 25 % des coûts reliés à l'installation de ces systèmes, jusqu'à concurrence de 10 000 $.

Par ailleurs, le chef libéral s'est également engagé à investir 100 millions de dollars dans la ventilation dans les écoles à travers le pays, et 10 millions spécifiquement destinés aux écoles des communautés autochtones.

Comme l'éducation et, de surcroît, l'entretien des écoles sont de compétence provinciale, les détails et les modalités de cette promesse ne sont pas connus.

Avec des informations de Louis Blouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !