•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baie-Comeau souhaite s’attaquer au manque de main-d’œuvre

Une affiche manuscrite : « Nous embauchons ».

Le manque de main-d'œuvre est un frein au développement économique de la région, selon les élus (archives).

Photo : Radio-Canada / Simon Rail-Laplante

Radio-Canada

Exaspérés par le manque de main-d'œuvre sur la Côte-Nord, le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, et le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Manicouagan, Antonio Hortas, demandent une action rapide de Québec.

D’après leur analyse, la situation découle d’un problème de formation, de mobilité et d’immigration.

Ils demandent d'abord à Québec d’améliorer les programmes de formation continue en milieu de travail, une façon efficace de combler les besoins en main-d'œuvre qualifiée, d’après Yves Montigny.

Il faut se tourner davantage vers ça. Il faut connecter davantage les entreprises avec leurs besoins et les services dans le milieu pour être capable de former les personnes en entreprise, explique-t-il.

Le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, voit de façon positive le bilan financier municipal de l'année 2017.

Yves Montigny souhaite que des solutions pérennes soient mises en place (archives).

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Selon ce dernier, il serait trop facile de montrer du doigt l’impact des programmes d’aides liés à la COVID-19 comme étant seul responsable de la pénurie de main-d'œuvre dans la province.

Les statistiques le disent, les jeunes sont retournés au travail

Une citation de :Yves Montigny

L’enjeu est aussi un problème de mobilité d’après le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Manicouagan.

La dépendance aux dessertes maritimes sur la Côte-Nord pose des défis supplémentaires, selon lui, en matière de transport de biens et de main-d’œuvre.

Les défis sont diversifiés, et il faut avoir une vision globale de ça. On sait qu’actuellement, on a encore des problèmes au niveau des traverses. Ce n’est rien pour aider. Il faut prendre ce dossier-là en main, explique M. Hortas.

Le F.-A.-Gauthier entre dans le port de Baie-Comeau.

Les accès routiers vers la Côte-Nord sont généralement limités à la traverse entre Baie-Comeau - Godbout vers Matane, ainsi qu'entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine (archives).

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Immigration « sur le frein »

À ça s’ajoute la difficulté d’attirer de nouveaux arrivants en région.

Il faudrait que le gouvernement du Québec augmente ses seuils d’immigration, d’après Yves Montigny, afin de répondre aux besoins des entreprises de la Côte-Nord.

Dans une ville comme Baie-Comeau, on a de la place pour accueillir 28 000 habitants, on est capables d'accueillir de nouveaux citoyens. C’est triste de voir comment le gouvernement actuel a mis le pied sur le frein en matière d’immigration, ajoute M. Montigny

Une fois ces problèmes soulignés, il est temps de trouver des solutions, selon lui.

Des solutions qui pourraient bientôt être soumises aux décideurs.

La chambre de commerce a en effet mis sur pied un comité pour attirer de la main-d'œuvre.

Antonio Hortas accorde une entrevue à l'extérieur.

Le président de la Chambre de commerce de Manicouagan, Antonio Hortas

Photo : Radio-Canada

Les différents acteurs du milieu des affaires de la région seraient en train de peaufiner des propositions, qui seront connues prochainement.

Le besoin est criant, les solutions qu’on offre vont devoir être approuvées et discutées à différents niveaux gouvernementaux. On veut s’assurer que ça va aller rondement de ce côté-là, ajoute Antonio Hortas.

Des acteurs économiques, qui espèrent que leur voix sera entendue dans les différents ordres de gouvernement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !