•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des personnes âgées privées de courrier à cause d'une infestation de cafards

Deux hommes de l'âge d'or à l'extérieur d'un logement de Toronto.

Wayne Youngs (droite) et Joeseph Quirk (gauche) demandent l'aide de la ville pour mettre fin à l'infestation qui dure depuis longtemps.

Photo : Evan Mitsui/CBC

Radio-Canada

Une infestation de cafards dans un immeuble de la Société d'habitation de Toronto (TCH) a privé plus de 100 personnes âgées de courrier pendant près d'un mois, empêchant certaines d'entre elles de recevoir leur chèque de pension, leurs factures et les lettres de leur médecin, sans préavis.

Deux résidents, Joeseph Quirk et Wayne Youngs, affirment que Postes Canada a cessé la livraison quotidienne du courrier en juillet au Kensington Manor, situé au 34 rue Oxford, après que les trois salles de courrier eurent été envahies par les cafards.

Aucun des résidents n'a été officiellement informé de ce changement ni de la façon dont ils pourraient recevoir leur courrier, disent-ils.

M. Youngs dit qu'il compte sur Postes Canada pour recevoir des lettres concernant ses rendez-vous avec des spécialistes médicaux, mais il n'a remarqué l'interruption du service que lorsqu'il a soudainement cessé de recevoir ses prospectus habituels.

Il n'y avait absolument aucun signe, rien qui indiquait que la livraison du courrier avait cessé , a déclaré M. Youngs, lui-même un ex-concierge qui s'est occupé d'immeubles de la Société d'habitation de Toronto jusqu'en 2008. Il est désormais retraité.

Ce n'est que lorsque M. Quirk a intercepté la factrice habituelle de l'immeuble dans la rue qu'il a appris ce qui se passait.

Les cafards entrent dans les fentes à courrier et courent partout sur le plancher, ils vont dans son courrier et elle ne veut plus venir ici, a déclaré M. Quirk.

Je suppose qu'on ne peut pas lui en vouloir, ajoute M. Youngs.

M. Quirk a découvert que pour récupérer son courrier, y compris une télécommande de téléviseur qu'il avait fait venir, une facture de carte de crédit et un chèque d'assurance, il devait se rendre au bureau de Postes Canada de la rue Commissioners, au sud du boulevard Lake Shore. Cela représente une course en taxi de 40 $, ou un aller-retour de trois heures en transport en commun, dit-il.

Il y a des gens qui ne peuvent même pas se rendre au trottoir ici en raison de leur âge, et encore moins se rendre à la rue Commissioners pour ramasser leur courrier , a dit M. Quirk.

Les cafards, un problème récurrent

Joeseph Quirk parle à la caméra. Derrière lui, des boîtes sont empilées sur la terrasse d'un logement.

Joeseph Quirk explique que l'accumulation excessive d'objets dans l'un des logements du bâtiment rend impossible l'éradication des cafards.

Photo : Evan Mitsui/CBC

Mercredi, après que CBC eut commencé à se renseigner, un facteur a livré des douzaines de lettres en souffrance à l'immeuble. Nicole Lecompte, porte-parole de Postes Canada, dit que la livraison du courrier n'a pas été suspendue au Kensington Manor, mais qu'il y avait des inquiétudes à l'égard de la sécurité.

Par conséquent, notre agent de livraison tente de livrer le courrier tous les jours et le fait lorsque c'est sécuritaire, a-t-elle déclaré dans un courriel jeudi.

La livraison habituelle devrait reprendre lundi, a précisé Mme Lecompte.

Danièle Gauvin, porte-parole de la Société d'habitation de Toronto, a déclaré à CBC que les cafards dans les salles de courrier, dont seule Postes Canada a les clés, seront bientôt exterminés. Les autres aires communes ont été traitées en juillet.

Nous continuerons à travailler avec Postes Canada pour nous assurer qu'il n'y a pas d'autres perturbations de ce service important pour nos locataires, a-t-elle dit.

L'infestation n'aurait toutefois jamais dû devenir aussi grave, selon M. Quirk.

Ils ont toutes les ressources à portée de main, dit-il. Ils peuvent appeler un exterminateur en deux minutes.

Les insectes ont proliféré dans un logement du premier étage où il y a un problème d'accumulation excessive de choses depuis au moins 2012. Wayne Youngs raconte que c'était déjà le cas lorsqu'il a emménagé dans l'immeuble, cette année-là.

D'autres locataires sont confrontés à des problèmes similaires, surtout après avoir été isolés pendant toute la durée de la pandémie, sans que personne ne s'occupe d'eux.

Le porte-parole de la TCH n'a pas répondu à une question spécifique de CBC sur les allégations d'encombrement dans certains appartements.

Certains [locataires] sont vraiment dans une situation désespérée et ont vraiment besoin de beaucoup de soutien pour remettre leur logement en état et retrouver des conditions de vie sûres, a déclaré M. Youngs.

Certains [logements] sont absolument terribles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !