•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le député fédéral Derek Sloan quitte l’Ontario pour une circonscription albertaine

Un homme qui porte une chemise bleue.

Derek Sloan, député indépendant, avait brigué la chefferie du Parti conservateur du Canada en 2019.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Radio-Canada

Le député indépendant et ancien député du Parti conservateur du Canada (PCC) Derek Sloan a annoncé jeudi sa candidature dans la circonscription de Banff-Airdrie plutôt que dans la circonscription ontarienne de Hastings–Lennox et Addington, qu'il représente actuellement.

Il en a fait l'annonce devant de nombreux partisans lors d’un événement tenu à Cochrane, dans la région de Calgary.

Les habitants de cette région ont besoin de quelqu’un qui représente [leurs intérêts] et non pas de quelqu’un qui représente [ceux d’]Ottawa ou [d’]Erin O’Toole, a déclaré M. Sloan.

Derek Sloan se présente comme indépendant, ne s’étant affilié à aucun parti après son expulsion du caucus conservateur pour avoir accepté un don de 131 $ d’un suprématiste blanc notoire.

Il s’opposera à quatre autres candidats, dont le député sortant Blake Richards, qui brigue son cinquième mandat pour le PCC.

Des politologues doutent des chances de Derek Sloan

Selon Duane Bratt, professeur de science politique à l’Université Mount Royal, Derek Sloan cible une des régions rurales de l’Alberta, car elles donnent l'impression qu’elles sont plus conservatrices que les autres régions du pays.

Habituellement, les députés indépendants ont toutefois de la difficulté à se faire réélire. Se présenter en tant qu'indépendant est un problème dans une circonscription qu'il visite [...] Il n'y a rien de légal contre cela, mais les électeurs seront-ils [séduits], se demande Duane Bratt.

De son côté, Doreen Barrie, qui enseigne la science politique à l’Université de l’Alberta, ajoute que beaucoup croient à tort que la province est le foyer des idées libertaires et de la droite dure.

« Ses chances sont très minces, voire inexistantes. »

— Une citation de  Doreen Barrie, professeur adjointe de science politique à l'Université de Calgary

J’ai remarqué que [Derek Sloan] utilise le vocabulaire de [Donald Trump]. Ça attire un certain genre d’électeurs, mais je ne crois pas qu’il aura un grand succès, dit Doreen Barrie, qui fait référence à son premier slogan, Make Alberta Great Again, qui peut se traduire par Rendons sa grandeur à l'Alberta.

Durant son discours, Derek Sloan a souvent accusé le chef du PCC, Erin O’Toole, d’avoir abdiqué devant les politiques environnementales du gouvernement libéral.

J’en ai assez des conservateurs qui s’excusent pour leurs valeurs, a dit Derek Sloan à une foule qui a réagi par une salve d’applaudissements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !