•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Edmonton-Strathcona, « l’anomalie orange » de l’Alberta que le NPD souhaite reproduire

La circonscription d’Edmonton-Griesbach « semble avoir un certain potentiel pour les néo-démocrates », mais la partie est loin d’être gagnée, selon un politologue.

Une foule avec des pancartes du NPD acclame Jagmeet Singh qui lève les bras.

Une foule de plus de 200 personnes a accueilli le chef du NPD fédéral, Jagmeet Singh, et un de ses candidats vedettes dans la circonscription d'Edmonton-Griesbach jeudi.

Photo : Radio-Canada / Jean-sébastien Cloutier

La capitale albertaine a beau être le château fort des néo-démocrates provinciaux, le Nouveau Parti démocratique (NPD) fédéral n’a jamais réussi à percer en dehors de la circonscription d’Edmonton-Strathcona. En visite, jeudi, son chef, Jagmeet Singh, a pourtant voulu envoyer un message clair : il n’a pas baissé les bras.

Depuis 13 ans, Edmonton-Strathcona est le seul point orange sur la carte électorale fédérale de l’Alberta.

Pourtant, c’est plutôt dans la circonscription d’Edmonton-Griesbach, à quelques kilomètres de là, que Jagmeet Singh s’est arrêté, jeudi, pour promouvoir la campagne du candidat local, Blake Desjarlais.

Dans cette élection, nous sommes très optimistes. [...] Blake Desjarlais représente exactement ce que vous avez avec les néo-démocrates : quelqu’un qui défend vos intérêts, quelqu’un qui défend monsieur et madame Tout-le-Monde, a lancé le chef du NPD.

Au moins 200 personnes l’ont accueilli près du bureau de campagne de Blake Desjarlais, ce qui est le plus important rassemblement de partisans du NPD depuis le début de la campagne.

Une poignée de résidents du quartier, déjà séduits, l’ont aussi rencontré près d’un commerce local.

Nous adorons vraiment tout ce que défendent Blake et Jagmeet et nous sommes très heureux de les voir passer autant de temps dans notre quartier, affirme Jennifer Kowton.

Une jeune femme et son mari avec leurs deux jeunes fils devant la crémerie Kind.

Jennifer Kowton, une résidente d'Edmonton-Griesbach, est venue avec sa famille pour soutenir le candidat néo-démocrate Blake Desjarlais devant un commerce local.

Photo : Radio-Canada / Mirna Djukic

Le paradoxe d'Edmonton

Le NPD albertain surfe présentement sur une vague de popularité alors que la grogne contre Jason Kenney s’accumule.

Son cousin fédéral ne cache pas qu’il compte, entre autres, sur cela pour faire ses premiers gains en 13 ans dans la province.

Jagmeet Singh n’a d'ailleurs pas manqué de mettre l’accent sur ses promesses d’augmenter les transferts fédéraux en santé, tout en décochant quelques coups au premier ministre de la province.

Tout le monde a vu l’impact des décisions de Jason Kenney et comment ses coupures ont fait mal aux gens, a-t-il lancé.

Toutefois, le politologue Duane Bratt, de l’Université Mount Royal, souligne que, pour les Albertains, voter pour les néo-démocrates au provincial et au fédéral sont deux choses entièrement différentes.

Même en 2019, les Edmontoniens ont élu 19 députés néo-démocrates provinciaux au printemps, [mais] à l’automne, seulement une [au fédéral], rappelle-t-il.

La volonté de Jagmeet Singh d'interdire les subventions au secteur pétrolier et gazier, par exemple, est en contradiction avec les positions de Rachel Notley et pourrait décourager certains électeurs.

De plus, alors que le NPD albertain a le monopole du vote progressiste au niveau provincial, son homonyme fédéral doit se battre contre les libéraux pour le même électorat.

Une bataille qui est loin d’être gagnée

Le politologue Frédéric Boily, de l’Université de l’Alberta, croit tout de même qu’il n’est pas impossible de voir le NPD fédéral remporter un deuxième siège en septembre.

Edmonton-Griesbach, croit-il, est sa chance la plus crédible, d’abord parce que Blake Desjarlais est un candidat très bien organisé. Il vient d’un milieu rural et a travaillé dans le secteur pétrolier. Il s’est aussi impliqué pendant des années auprès des communautés métisses de la province.

Edmonton-Griesbach recoupe aussi la circonscription de Janis Irwin, une des députées les plus populaires du caucus néo-démocrate provincial.

Arracher la circonscription aux conservateurs va être quand même difficile, dit Frédéric Boily, soulignant que le député conservateur sortant, Kerry Diotte, avait été réélu avec une large avance, en 2019.

Selon l’agrégateur de sondages de CBC (Nouvelle fenêtre) (en anglais), environ 19,7 % des Albertains ont l’intention de voter pour le parti de Jagmeet Singh aux prochaines élections.

Le NPD avait remporté seulement 11,6 % de leurs voix en 2015 et en 2019.

Méthodologie

L’agrégateur de sondages de CBC tient compte de plusieurs sondages commandés par des médias ou réalisés de manière indépendante par des maisons de sondage. Les sondages commandés par des partis politiques ou des groupes d'intérêt en sont exclus. Les résultats sont présentés sous forme de moyenne en pondérant les sondages inclus en fonction de la taille de l'échantillon, de la date du sondage et de la fiabilité des résultats passés des sondeurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !