•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Hôpital Maisonneuve-Rosemont ne déménagera pas

Le projet du REM de l'Est a convaincu le gouvernement de conserver l'emplacement actuel.

Vue arrière de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

L'Hôpital Maisonneuve-Rosemont a besoin d'amour.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le projet de modernisation de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont a franchi une étape de plus, a fait savoir jeudi après-midi le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

Le REM de l'Est, qui prévoit la construction d'une station à proximité de l'établissement, a convaincu le gouvernement de conserver l'emplacement actuel, a-t-il expliqué, en précisant qu'il s'agissait d'une décision importante.

Par conséquent, le CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal a été autorisé à procéder à l'élaboration de son dossier d'affaires, a annoncé en conférence de presse Christian Dubé, qui était pour l'occasion accompagné de la ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau.

Je pense que ce qui est important aujourd'hui, c'est de réaliser qu'on ne retournera pas en arrière.

Une citation de :Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Les coûts de reconstruction et d'agrandissement de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont sont actuellement évalués à 2,5 milliards de dollars, a confirmé le gouvernement jeudi. Comme l'avait révélé Radio-Canada en avril dernier, le projet devrait permettre de faire passer le nombre de lits de 450 à 720.

Un ventilateur oscillant dans les corridors de l'hôpital.

Certaines sections de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont ne sont pas climatisées.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les installations actuelles de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont sont dans un piteux état. Le gouvernement projette d'ailleurs de rénover l'établissement depuis bientôt 10 ans.

Dès 2016, la majorité des bâtiments avaient obtenu le pire indice de vétusté octroyé, soit la note E. Des problèmes d'infiltration d'eau ont notamment été observés dans certaines chambres.

L'hôpital aurait peut-être besoin d'un petit rajeunissement, a convenu le ministre Dubé jeudi.

Les travaux lancés dans trois ans

Québec espère pouvoir procéder à la première pelletée de terre en 2024. Ce qu'on veut, c'est que pendant les deux prochaines années, on fasse les dessins, on fasse les maquettes, on s'organise pour déterminer quel édifice va être reconstruit en premier, etc., a expliqué jeudi le ministre Dubé.

Ce dernier a toutefois été incapable de dire dans combien de temps les travaux seraient terminés et en quelle année on pourrait accueillir les premiers patients dans le nouvel établissement.

Le défi consistera à assurer la même qualité de soins durant la période de construction, un mégachantier qui sera sous la supervision de la Société québécoise des infrastructures (SQI).

Un autre défi sera de retenir et d'attirer le personnel requis à Maisonneuve-Rosemont, une question préoccupante, a convenu M. Dubé, mais qui ne s'applique pas seulement à cet hôpital. Le problème de pénurie de main-d'œuvre est généralisé et exacerbé par la pandémie, mais il existait auparavant, a-t-il fait valoir.

L'annonce de jeudi s'ajoute à celle faite il y a deux semaines concernant le lancement à venir des travaux d'agrandissement du bloc opératoire de l’Hôpital Santa Cabrini, qui relève lui aussi du CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !