•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contrat de gré à gré de 10 M$ pour un navire norvégien à L'Isle-aux-Coudres

La Société des traversiers du Québec avait besoin de renforts à court terme, faute de navires disponibles.

Chargement de l’image

L'Isle-aux-Coudres aura des renforts d'un traversier norvégien à compter du printemps prochain. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Claude Brunet

Chargement de l’image

La Société des traversiers du Québec (STQ) fait appel à l'externe pour assurer ses services à L'Isle-aux-Coudres et à Québec. Elle a l'intention de donner un contrat de gré à gré de 10 millions $ à une firme privée pour affréter un navire de remplacement en provenance de la Norvège.

Les conséquences du vieillissement de la flotte de la STQ s'accumulent. Après avoir amputé la traverse Québec–Lévis d'un navire tout l'été afin d'assurer le service durant la haute saison à L'Isle-aux-Coudres, voilà qu'une nouvelle dépense s'ajoute pour éviter les ruptures de services l'été prochain.

La société d'État a publié cette semaine un avis d'intention d'octroyer un contrat de gré à gré à la firme Logistec Arrimage, basée à Trois-Rivières. L'entreprise serait le seul prestataire connu pouvant répondre aux exigences de la STQ pour le présent contrat.

Selon l'avis consulté par Radio-Canada, le contrat est évalué entre 10 et 10,5 millions $. Il prévoit une première année de location ferme et une année d'option si nécessaire, soit un maximum de deux ans et 5 millions $ par année.

Ce montant inclut les coûts de gestion, les réparations et deux membres d'équipage à temps plein, selon Alexandre Lavoie, porte-parole à la STQ. Le propriétaire aura la responsabilité de nous fournir un navire en bon état, entièrement certifié selon les normes canadiennes et d’en assurer la maintenance à ses frais tout au long du contrat, explique-t-il.

« Ça nous prenait un nouveau navire, à 5 millions de dollars par année, on pense que ça en vaut le coup. »

— Une citation de  Alexandre Lavoie, porte-parole, Société des traversiers du Québec
Chargement de l’image

L'économie et le tourisme à L'Isle-aux-Coudres reposent sur son lien fluvial.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Bussière

Périple transatlantique

Si tout se passe comme prévu, le NM Svanoy traversera l'océan Atlantique depuis la Norvège cet automne. Il doit commencer ses allers-retours entre Saint-Joseph-de-la-Rive et L'Isle-aux-Coudres au printemps prochain. Sa capacité est de 375 passagers et jusqu'à 60 véhicules.

Officiellement, le contrat entrerait en vigueur au 1er décembre. Des travaux devront au préalable être réalisés afin de rendre le bateau compatible aux installations de la traverse de L'Isle-aux-Coudres.

L'avis d'intention est en vigueur jusqu'au 27 août. Les fournisseurs intéressés pourront soumettre une offre d'ici là. Si aucun fournisseur ne se manifeste, le contrat sera de facto consenti à Logistec.

Manque de bateaux

La STQ dit poser ce geste pour consolider son plan de relève et se donner plus de flexibilité dans la prochaine année. Actuellement, la société d'État manque tout simplement de bateaux disponibles pour ses propres besoins.

Le NM Joseph-Savard, normalement affecté à L'Isle-aux-Coudres, est en modernisation et ne reviendra en service qu'au printemps 2022.

Le NM Radisson, qui devait être le navire de relève durant l'absence du NM Joseph-Savard, a quant à lui besoin d'un nouveau moteur et ne sera pas opérationnel avant l'année 2022. C'est vraiment le bris du Radisson qui nous a mis dans le pétrin, convient Alexandre Lavoie, qui ajoute que son remplacement aurait dû être fait plus tôt. Le NM Radisson a été construit en 1954 et doit être remplacé d'ici 2031.

Chargement de l’image

Habituellement affecté à la traverse Québec-Lévis, le NM Alphonse-Desjardins a été réaffecté à L’Isle-aux-Coudres cet été.

Photo : Radio-Canada / François LaRochelle

Il ne restait donc, pour cet été, que trois traversiers pour deux traverses. La STQ a pris la décision d'envoyer le NM Alphonse-Desjardins à la traverse de L'Isle-aux-Coudres, ne laissant que le NM Lomer-Gouin à Québec.

Une situation loin d'être idéale et que la STQ ne souhaite pas répéter en ajoutant le NM Svanoy en location.

« Le transfert d’un navire de Québec vers L'Isle-aux-Coudres est exceptionnel et on veut que ça le demeure. »

— Une citation de  Alexandre Lavoie, porte-parole, Société des traversiers du Québec

Le NM Alphonse-Desjardins sera de retour cet automne pour assurer un service à deux traversiers au cours de l'hiver, tandis que le NM Félix-Antoine-Savard demeurera à L'Isle-aux-Coudres, qui fonctionne toujours à un seul traversier durant la saison froide.

La STQ espère pouvoir remiser le Félix-Antoine-Savard le plus rapidement possible, lui qui a été surutilisé dans les circonstances.

Joint par Radio-Canada, le cabinet du ministre des Transports, François Bonnardel, a renvoyé la majorité des questions à la STQ et s'est contenté d'une déclaration laconique. La STQ a le devoir d’assurer la pérennité de la flotte existante. La priorité du ministre est que la STQ assure le service aux Québécois dans l’ensemble de son réseau, a écrit son attachée de presse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !