•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet de cimenterie à L’Orignal : le candidat néo-démocrate en fait un enjeu électoral

Des manifestants avec des pancartes.

Mardi soir, environ 150 personnes ont manifesté devant la carrière exploitée par le cimentier à l’ouest du village, endroit où doit être construite la cimenterie.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Bien que leur appel ait été rejeté par un tribunal administratif, les opposants à la construction d’une cimenterie à L’Orignal continuent leur bataille. L’un des candidats qui se présentent à l’élection fédérale dans Glengarry-Prescott-Russell a même décidé d’en faire un enjeu de la campagne.

Il s’agit du néo-démocrate Konstatine Malakos.

Mardi soir, environ 150 personnes ont justement répondu à l’appel du candidat, celui-ci les invitant à manifester devant la carrière exploitée par le cimentier à l’ouest du village, endroit où doit être construite la cimenterie.

Il importe peu à Konstatine Malakos que l’entreprise ait tout récemment obtenu gain de cause devant le Tribunal d’appel de l’aménagement local (TAAL) de l'Ontario.

Une personne s'adresse à des manifestants dont certains ont des pancartes.

Mardi soir, environ 150 personnes ont répondu à l’appel du candidat néo-démocrate Konstatine Malakos les invitant à manifester devant la carrière exploitée par le cimentier à l’ouest du village, endroit où doit être construite la cimenterie.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

L’opposition de la communauté est absolument claire ici. [...] [Cette usine] devrait être dans un coin industriel. Ça ne devrait pas être dans un endroit comme L’Orignal qui est l’un des plus beaux villages dans l’est de l’Ontario, croit le candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Un rôle fédéral marginal, selon deux candidats

D’entrée de jeu, le candidat libéral, Francis Drouin, se dit aussi opposé au projet.

J’ai toujours été contre. Ma femme et moi avons contribué au fonds légal [d’Action Champlain] au-delà de 1000 $ [dans le cadre de l’appel déposé devant le TAAL], parce que ce n’est pas un projet qui est bon pour notre communauté, confie le député sortant de Glengarry-Prescott-Russell.

Il serait toutefois trompeur, selon ce dernier, de faire miroiter la possibilité qu’un quelconque recours soit possible au niveau fédéral.

Francis Drouin devant ses affiches électorales.

Le député sortant Francis Drouin se représente sous la bannière libérale dans la circonscription de Glengarry-Prescott-Russell.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Je connais les familles. J’ai grandi ici. Je connais ces gens-là. Ma famille connaît ces gens-là. Je ne peux pas les regarder dans les yeux et leur dire que je vais annuler [le projet] en sachant très bien qu’on ne peut pas faire ça, signale Francis Drouin.

À ce chapitre, la candidate conservatrice Susan McArthur abonde dans le même sens que son adversaire libéral.

Le rôle du fédéral est très marginal dans cette affaire. Ceci dit, je comprends bien que les gens de L’Orignal ne sont pas contents d’avoir un "plant" dans leur cour arrière qui pourrait donner des complications de pollution, indique-t-elle.

Une femme, dehors, pose pour une photo en souriant.

La candidate conservatrice aux élections fédérales 2021 dans Glengarry-Prescott-Russell, Susan McArthur

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Susan McArthur se dit quand même prête à rencontrer les opposants pour discuter du dossier.

J’aimerais bien les entendre, écouter leurs soucis pour voir comment je pourrais les aider, ajoute la candidate conservatrice.

Entre-temps, les opposants au projet demandent au ministère de l’Environnement de l’Ontario, qui a émis un certificat de conformité à Colacem, de refaire ses devoirs.

Le ministère doit à nouveau regarder ce dossier-là et s’assurer que les calculs qui sont faits afin de [répondre] aux normes environnementales sont bien faits avec les bonnes données, croit un porte-parole du regroupement Action Champlain, André Chabot.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !