•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Salaires plus élevés pour les gendarmes de la GRC avec une nouvelle convention collective

Un officier de la Gendarmerie royale du Canada faisant dos l'objectif, face à un groupe de policiers.

Un officier de la Gendarmerie royale du Canada faisant dos à l'objectif, face à un groupe de policiers (archives)

Photo : Reuters / Valerie Zink

Radio-Canada

Des milliers de gendarmes sont sur le point de recevoir une importante augmentation salariale.

Pour la première fois, un syndicat représentant les membres de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a ratifié une convention collective avec le gouvernement fédéral. Près de 20 000 membres sont désormais couverts.

Une tentative d’entente avec le Conseil du Trésor avait été annoncée plus tôt cet été. Après avoir été votée, elle a été signée numériquement, en raison des restrictions liées à la pandémie, plus tôt en août, selon la Fédération de la police nationale, le syndicat des gendarmes.

Avant la nouvelle convention collective, les gendarmes pouvaient avoir un salaire allant jusqu’à 86 110 $, alors que pour un sergent d’état-major, le salaire variait entre 109 000 $ et 112 000 $.

Selon la Gendarmerie royale du Canada, en date du 1er avril 2022, un gendarme aura un salaire allant jusqu’à 106 576 $, soit une augmentation de 20 000 $. Les gendarmes représentent plus de la moitié des effectifs de la Gendarmerie royale du Canada.

Un sergent d’état-major gagnera quant à lui entre 134 912 $ et 138 657 $ l’an prochain.

L’entente comprend aussi des augmentations rétroactives remontant à 2017. La dernière mise à jour des salaires de la Gendarmerie royale du Canada date de 2016.

Les taux de rémunération changeront dans les 90 jours suivants la signature de la convention, est-il prévu par l'entente.

L’augmentation des salaires fera gonfler le budget du prochain gouvernement fédéral pour la sécurité publique.

La convention collective couvre tous les membres de la Gendarmerie royale du Canada. Selon les plus récents chiffres publiés en ligne, la Gendarmerie royale du Canada emploie 11 913 gendarmes et 3599 caporaux. L’augmentation pourrait ainsi coûter des centaines de millions de dollars par an au gouvernement fédéral.

L’augmentation survient alors que la Gendarmerie royale du Canada rencontre des difficultés pour recruter de nouveaux membres et dans un contexte de remise en question à l’international du financement des corps policiers. À cela s’ajoutent également des décès en détention aux États-Unis et des enquêtes sur les politiques de recours à la force des services policiers canadiens.

Les membres de la Gendarmerie royale du Canada se sont battus pendant des années pour parvenir à une telle entente. Jusqu’en 2015, les agents de la Gendarmerie royale du Canada ne pouvaient pas former de syndicat, et ce, depuis les années 1960, alors que d’autres fonctionnaires fédéraux avaient pour leur part obtenu le droit de négociation.

La Gendarmerie royale du Canada était l’un des seuls corps policiers au pays avec cette restriction.

Avec les informations de Catharine Tunney, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !