•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une batterie au lithium solide développée à l’Université de Sherbrooke

Une batterie lithium-ion.

L'objectif de l'équipe du professeur Jérôme Claverie est de remplacer les batteries au lithium liquide par des batteries au lithium solide (archives).

Photo : AFP/Getty Images / AIZAR RALDES

Radio-Canada

Une batterie au lithium solide qui fonctionne à température ambiante a été développée à l'Université de Sherbrooke.

Jérôme Claverie, directeur du département de chimie, soutient que ce serait la première du genre. C’est son équipe qui mène ces recherches.

Dans les batteries au lithium en général, il y a du liquide. Ce liquide organique est un liquide inflammable. Si la batterie est percée, il y a des risques que ça prenne feu. Si nous avons une batterie solide, le risque de feu est grandement réduit. Le problème actuellement, c’est que les batteries solides ont besoin d’une batterie auxiliaire pour les chauffer, explique Jérôme Claverie.

« Nous avons démontré que nous sommes capables de faire des batteries complètement solides sans avoir besoin de les chauffer. »

— Une citation de  Jérôme Claverie, directeur du département de chimie à l'Université de Sherbrooke

Les applications sont les mêmes que les batteries actuelles sur le marché.

La capacité énergétique est la même que la batterie au lithium de votre cellulaire, de votre ordinateur portable ou de votre voiture électrique. C’est une batterie au lithium, mais solide. C'est beaucoup plus difficile qu’elle puisse prendre feu, signale le professeur Claverie.

La recherche doit se poursuivre encore quelques années avec le centre d'excellence d'Hydro-Québec avant qu’elle soit commercialisée. La batterie a une capacité comparable aux autres batteries au lithium et elle résiste à plusieurs cycles de charge/décharge sans perdre de sa capacité.

Il y a encore un très grand nombre de tests à faire et il faut prouver la rentabilité économique. L’objectif est de l'intégrer aux véhicules électriques afin qu’ils soient plus sécuritaires et qu'ils aient une autonomie plus grande. Cette batterie est aussi plus respectueuse de l’environnement, indique le professeur Jérôme Claverie de l’Université de Sherbrooke.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !