•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conservateurs promettent un congé de TPS pour les achats en magasin en décembre

Erin O'Toole debout à côté d'un tas de jouets.

Le chef du Parti conservateur du Canada, Erin O'Toole, dit vouloir encourager la consommation locale avec un congé de TPS en décembre.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Le chef du Parti conservateur du Canada, Erin O'Toole, dit vouloir donner un répit aux familles en décembre en leur offrant comme cadeau de Noël un congé de TPS sur les achats, en magasin seulement, s'il forme le prochain gouvernement fédéral.

Le chef conservateur a souligné mardi que les ménages faisaient face à des hausses de prix dans l'économie actuelle.

Il est de plus en plus difficile d'acheter de la nourriture pour la famille, de l'essence pour l'auto et des vêtements pour les enfants, a-t-il illustré. Et même si l'hiver est encore très loin, les Canadiens vont bientôt se préparer pour les Fêtes et passer du temps en famille, a-t-il enchaîné.

Comme premier ministre, je vais offrir un congé de la TPS [taxe sur les produits et services] pendant tout le mois de décembre.

Une citation de :Erin O'Toole, chef du Parti conservateur du Canada

Ainsi, les achats réalisés dans les magasins de détail seraient exemptés de la taxe fédérale pendant un mois. Cette mesure fiscale ne viserait toutefois pas les achats faits en ligne.

Les réductions seraient directement appliquées à la caisse. Vous n'aurez pas à remplir de longs formulaires pour bénéficier de cet avantage fiscal. Votre réduction de 5 % va simplement apparaître sur votre facture lors de vos achats, a-t-il spécifié.

Erin O'Toole a fait cette promesse lors d'une conférence de presse à Toronto, en Ontario, où il s'est pointé seul au micro, debout à côté de toutous, jouets, ballons, livres et casse-têtes.

Cette proposition permettrait de remettre dans les poches des contribuables, et coûterait donc au gouvernement, 1,5 milliard de dollars, selon le Parti conservateur.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

Des exceptions

Toutefois, ce ne seraient pas tous les produits qui bénéficieraient de ce congé de TPS. Certains articles y échapperaient. Il y aura des exceptions, comme les véhicules, l'alcool et le tabac, a-t-il prévenu.

Cette mesure ne changerait rien pour l'achat de la nourriture pour les repas des Fêtes, puisqu'elle n'est pas taxable.

Alors que des Canadiens peinent à se procurer les biens de base, comment justifier un congé de TPS qui pourrait s'appliquer à l'achat d'un cinéma maison, par exemple, a-t-on demandé à M. O'Toole?

Décembre sera la fin d'une année très difficile pour le Canada et nous pensons que les familles canadiennes méritent une pause, a-t-il répondu, indiquant que le pays est aux prises avec une crise du logement, une hausse du coût de la vie et une croissance de l'inflation.

Le chef conservateur prédit déjà le succès de cette initiative, autant pour les consommateurs que pour les commerçants. Nous entendons déjà de la part des propriétaires d'entreprises qu'ils sont emballés [par cette possibilité], a-t-il dit.

Il a promis que le Plan de rétablissement du Canada, qui constitue la plateforme électorale conservatrice, permettra de faire chuter les prix pour les familles tout en soutenant les détaillants qui ont pignon sur rue et qui ont été durement affectés par la récession.

Trudeau critique le crédit d'impôt d'O'Toole

Le chef du Parti libéral du Canada (PLC), Justin Trudeau, ne s'en est pas pris à cette mesure économique du chef conservateur, lors de son passage à Markham, en Ontario, mais plutôt contre le crédit d'impôt qu'il propose aux parents pour faire garder leurs enfants.

Justin Trudeau sort de son autobus de campagne.

Le chef libéral Justin Trudeau a visité la circonscription de Markham-Unionville, en Ontario, au jour trois de la campagne électorale.

Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

Justin Trudeau a accusé Erin O'Toole de vouloir mettre la hache dans le programme national de garderies de son gouvernement s'il prend le pouvoir, afin de mettre en place des crédits d'impôt à la place.

Pour le leader libéral, il s'agit d'une politique rétrograde héritée de l'ère de Stephen Harper. Les Canadiens ont travaillé trop fort pour revenir en arrière avec le Parti conservateur, a-t-il lancé, soulignant le fait qu'il y a une pénurie de places à coût modique.

Les Canadiens d'un bout à l'autre du pays ont besoin de places en garderie à des prix abordables et c'est ce qu'on n'a pas.

Une citation de :Justin Trudeau, chef libéral

M. Trudeau admet que bâtir un système abordable et de qualité de garderie à travers le pays requière un peu de temps pour à la fois investir dans des locaux et former des éducatrices.

Le gouvernement Trudeau a conclu des ententes avec sept provinces et territoires pour mettre sur pied des services de garde à 10 $, dont la Colombie-Britannique, le Manitoba, la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador. Avec Québec, Ottawa s'est entendu pour verser six milliards de dollars sur une période de cinq ans, car la province possède son propre réseau de centres de la petite enfance.

Or, d'après M. Trudeau, son approche permet aux parents d'obtenir de l'aide dès maintenant. Chaque province qui a signé cet accord s'engage à couper de moitié les coûts immédiatement dans l'année à venir pour les parents qui envoient leur enfant en garderie. Cela va faire une grosse différence, une différence de plusieurs milliers de dollars, a-t-il assuré.

Nous sommes très confiants que les parents comprennent bien que bâtir un système avec plus de places cela va servir bien plus que des crédits d'impôt qui ne créeront aucune place en garderie pour les familles qui en ont besoin, a-t-il expliqué.

Responsabiliser les parents

Attaqué par Justin Trudeau, le chef conservateur s'est défendu en affirmant que son crédit d'impôt serait généreux et qu'il entrerait en vigueur dès qu'il prendrait le pouvoir, pas dans cinq ou six ans d'ici.

Nous allons responsabiliser (empowering) tous les parents. Toutes les familles pourront en profiter avec notre approche. Et 75 % des coûts seront couverts pour une famille, a-t-il dit.

Les parents ont besoin d'aide. On doit s'assurer d'aider toutes les familles et laissez les familles s'asseoir dans le siège du conducteur.

Une citation de :Erin O'Toole, chef conservateur

Radio-Canada lui a demandé en conférence de presse comment sa plateforme électorale saura répondre aux besoins particuliers du Québec, où le programme des centres de la petite enfance s'avère très populaire.

Nous allons aider toutes les familles québécoises avec notre plan. Je vais toujours respecter les champs de compétence des provinces, incluant le programme de la garderie au Québec. [...] Je vais avoir une approche de partenaire avec les provinces. [...] On va aider les familles les plus vulnérables avec beaucoup d'argent, parce qu'après la pandémie, il y a des familles en crise, a-t-il répondu.

Erin O'Toole n'a pas fourni d'explications sur la façon dont il compte s'y prendre pour créer des places en garderies à l'échelle nationale et sur les changements que sa politique entraînera inévitablement au Québec.

Pour en savoir plus

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !