•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti conservateur déroule le tapis rouge aux demandes albertaines

Tout au long de la campagne, ICI Alberta décrypte les plateformes électorales des principaux partis pour y détailler les éléments qui s'adressent aux Albertains.

Erin O'Tooole participe à un barbecue.

Le chef du Parti conservateur Erin O'Toole tente de séduire les Albertains dans sa plateforme électorale.

Photo : The Canadian Press / Jeff McIntosh

La plateforme électorale du Parti conservateur du Canada (PCC) fait la part belle à de nombreuses revendications du gouvernement conservateur albertain notamment pour appuyer le secteur pétrolier et gazier et diminuer le sentiment d’aliénation de l’Ouest. 

De l’argent pour le Campus Saint-Jean

La plus grande surprise de la plateforme concerne les francophones de l’Alberta. Le Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta y est mentionné aux côtés de l’Université de Moncton et de l’Université de l’Ontario français. 

Le PCC promet d’investir 30 millions de dollars par an dans les établissements d’enseignement postsecondaires francophones et de participer considérablement à leur futur financement, en collaboration avec les provinces.

Enseigne où il est écrit Université de l'Alberta, Campus Saint-Jean avec derrière un édifice.

D'importantes compressions ont touché le Campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta, à Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Selon la présidente de l’Association canadienne-française de l’Alberta, Sheila Risbud, l’enveloppe est équivalente à l’annonce libérale pré-élection. Comme nous avons toujours dit, le financement sur les trois prochaines années, c’est une solution intérimaire. Il faut aller chercher du financement à plus long terme, explique-t-elle.   

La promesse conservatrice peut cependant être une carte intéressante à jouer pour faire avancer le dossier au niveau provincial, ajoute Mme Risbud.

« On voit vraiment que l’enjeu qui était provincial a eu un impact sur l’échelle nationale grâce aux efforts de l’ACFA et de tout le monde qui s’est mis dans cette campagne.  »

— Une citation de  Sheila Risbud, présidente de l'ACFA

Au-delà de cet enjeu, le PCC répond également à d’autres demandes des francophones hors Québec notamment en augmentant l’immigration et en modernisant la Loi sur les langues officielles.

Appui au secteur pétrolier

Du côté économique, le parti annonce son soutien à l’industrie pétrolière et gazière. L’organisation menée par Erin O’Toole promet de défendre les lignes 3 et 5 d’Enbridge, de mener à bien le projet d’agrandissement du pipeline Trans Mountain et de développer les exportations énergétiques. 

Si le défunt Keystone XL est mentionné comme exemple de l’échec des libéraux, le PCC ne s’engage pas à poursuivre les États-Unis comme le fait l’entreprise TC Énergie.

Des travailleurs sur un chantier.

Le PCC se veut le défenseur des projets d'oléoducs au Canada.

Photo : CBC

Le Parti veut toutefois revenir sur des lois qui ont été décriées par l’industrie et le gouvernement albertain au moment de leur adoption.

Sans aller jusqu’à son abolition, il promet de corriger le processus d’évaluation d’impact, plus connu sous son numéro de projet C-69. S’il est élu, il abrogera toutefois la Loi qui a restreint la circulation maritime des pétroliers au large de la Colombie-Britannique.

Une nouvelle Agence de recherche avancée basée à Calgary serait également créée en cas de gouvernement conservateur. Elle gérerait un budget de cinq milliards de dollars pour accroître l’innovation notamment en matière d’hydrogène et de petits réacteurs nucléaires.

Une autre enveloppe de cinq milliards de dollars serait allouée aux technologies de capture et de séquestration du carbone, que de nombreuses entreprises pétrolières et gazières veulent développer pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Celles-ci pourraient également bénéficier d’un crédit d’impôt.

La taxe carbone industrielle serait maintenue, mais le PCC espère obtenir des ententes avec d’autres pays pour que les entreprises canadiennes ne soient pas désavantagées. 

Celle pour les particuliers serait toutefois transformée en un compte d’épargne personnel. Les Albertains payent la tarification fédérale après que la province a perdu sa bataille judiciaire contre Ottawa. 

La promesse d’une Alberta plus écoutée

Plus d’une fois, le premier ministre Jason Kenney a réitéré qu’Ottawa était sourde aux demandes albertaines et que la province était désavantagée. La plateforme du PCC consacre tout un chapitre à mettre fin au mauvais traitement de l’Ouest

En plus de souligner la générosité des Albertains, l’organisation politique s’engage à verser aux provinces des paiements rétroactifs du Programme de stabilisation fiscale. L’Alberta avait été déçue des modifications apportées par le gouvernement libéral à ce fonds qui aide les provinces faisant face à une chute abrupte de leurs revenus. 

L’autre pomme de discorde, la péréquation, sera aussi revue sous un gouvernement conservateur. Les détails sont toutefois vagues puisque la plateforme ne cite qu’un projet de loi gouvernemental adopté rapidement sur l’équité de la péréquation et des transferts.

Moins d’un mois après les élections fédérales, les Albertains seront d'ailleurs invités à se prononcersur la question de la péréquation en référendum.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !