•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conservateurs s’engagent à financer 40 % du tunnel Québec-Lévis

Les sept candidats conservateurs dans la région de Québec donnent un point de presse. Le député sortant Pierre Paul-Hus prend la parole. Il se tient debout, derrière un lutrin.

Le député sortant Pierre Paul-Hus (au lutrin) et les six autres candidats conservateurs dans la région de Québec ont réitéré mardi leur appui au projet de troisième lien.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Le Parti conservateur du Canada (PCC) promet d’assumer 40 % des coûts de construction du troisième lien entre Québec et Lévis s’il est porté au pouvoir.

Les sept candidats conservateurs de la région de Québec ont pris cet engagement électoral mardi. Ils répondent ainsi favorablement à la demande du gouvernement Legault, qui souhaite voir Ottawa contribuer à hauteur de 40 % à son projet de tunnel sous-fluvial.

On confirme qu'un gouvernement conservateur, avec Erin O'Toole à sa tête, va appuyer financièrement à 40 % le coût de construction d'un tunnel Québec-Lévis. On va s'asseoir avec le gouvernement du Québec, on va régler les ententes comme il se doit et la population de Québec est en droit d'avoir un 3e lien, a déclaré le député sortant de Charlesbourg–Haute-Saint-Charles, Pierre Paul-Hus.

Esquisse du projet de tunnel entre Québec et Lévis.

Québec demande à Ottawa de financer 40 % des coûts de construction du troisième lien (archives).

Photo :  Gouvernement du Québec

Le fédéral a jusqu’ici opposé une fin de non-recevoir à Québec, arguant qu’il ne finançait pas de projets autoroutiers.

Le gouvernement Trudeau s’est toutefois montré ouvert à participer à la portion transport en commun du tunnel, dont les coûts de construction pourraient atteindre 10 milliards de dollars, selon des estimations préliminaires.

Attaques contre le Bloc

Les conservateurs reprochent au chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, d’avoir abdiqué ses responsabilités, lundi, en refusant de prendre position sur le troisième lien sous prétexte qu’il ne revient pas au gouvernement fédéral d’intervenir dans le dossier.

M. Blanchet est toujours là pour dire : le Bloc québécois est le seul parti qui défend les intérêts du Québec. Eh bien hier, on a vu les vraies couleurs d'Yves-François Blanchet, a attaqué Pierre Paul-Hus.

Yves-François Blanchet parle et gesticule dehors devant un édifice.

Les conservateurs invitent le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet (photo), a dire clairement s'il est pour ou contre le projet de tunnel entre Québec et Lévis (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Son collègue Gérard Deltell en a remis une couche, accusant les bloquistes, mais aussi les libéraux, de ne pas avoir le courage de leur position.

S'ils sont contre, bien au moins qu'ils arrêtent de jouer à travers les mots. M. Blanchet, [...] c'est le champion absolu du patinage artistique pour parler [...] Est-ce qu'il peut être clair pour une fois? [...] Regardez là, la demande du Québec est là. C'est oui ou c'est non. Chez nous, c'est oui, c'est clair , a lancé le député sortant de Louis-Saint-Laurent.

Aucun rapport

Ce n’est pas la première fois que les conservateurs font une sortie de la sorte en bloc. En 2010, ils étaient sortis pour appuyer le financement d’un amphithéâtre à Québec.

Mais une fois réélu en 2011, le gouvernement Harper avait refusé de dépenser un sou pour le projet

Aucun rapport, aucun rapport, aucun rapport, a martelé M. Deltell, candidat conservateur dans Louis-Saint-Laurent. Ce dont vous parlez c'était des gens qui étaient d'accord avec ce projet-là. Le gouvernement ne s'était jamais engagé. Le parti non plus.

Gérard Deltell, député de Louis-Saint-Laurent en conférence de presse à Québec.

Gérard Deltell, député de Louis-Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada

Je pense que la population de Québec se souvient de ces engagements-là par le passé et il n'y a personne qui est dupe à Québec, a renchéri Joël Lightbound, candidat libéral dans Louis-Hébert.

Les libéraux de Justin Trudeau ne s'engagent pas à payer une partie du troisième lien.

On est ouverts à regarder ce que le gouvernement du Québec demandera, a toutefois indiqué M. Lightbound.

Avec la collaboration de Pierre-Alexandre Bolduc et Hadi Hassin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !