•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prévisions d’une demande record en énergie pour les véhicules électriques

Un véhicule électrique en train d'être rechargé.

AESO prévoit que jusqu'à 100 000 véhicules électriques pourraient arriver sur les routes albertaines chaque année, ce qui implique une demande en énergie conséquente.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

Radio-Canada

Le gestionnaire du système électrique de l’Alberta (AESO) prévoit que des milliers de nouveaux véhicules électriques s'ajouteront sur les routes de la province dans les deux prochaines décennies, ce qui augmentera la demande en énergie.

Le gestionnaire du système électrique de l’Alberta (Alberta Electric System Operator, en anglais, ou AESO) a récemment publié ses prédictions à long terme pour l’offre et la demande d’électricité en Alberta. Il prévoit une augmentation du nombre de voitures électriques allant de 200 000, selon un scénario prudent, à 2 millions d’ici 2041.

Le pic de la demande pour le système en énergie, pour tous ces véhicules se rechargeant au même moment, pourrait atteindre l’équivalent de 3900 MW d’électricité, soit assez pour alimenter deux villes de la taille de Calgary.

Selon des prévisions modestes, 10 000 nouveaux véhicules par an en Alberta généreraient un pic de demande de 400 MW.

En ce qui concerne la croissance du pic de charge, nous constatons que les véhicules électriques vont changer la donne, explique Leo Tovar, analyste principal de l'AESO.

L’organisme nomme ses prédictions les plus élevées en nombre de véhicules électriques son scénario technologie propre, qui verrait la pénétration la plus forte durant les 20 prochaines années, soit 100 000 véhicules par an.

À la fin du mois de mars, il y avait 3527 véhicules électriques enregistrés en Alberta, soit près de 10 fois plus qu’en 2017. À cela, il faut ajouter environ 27 500 véhicules hybrides et hybrides rechargeables dans la province.

Ces chiffres sont presque minuscules, comparés aux 3,6 millions de véhicules enregistrés en Alberta.

Une offre en énergie suffisante

Si cette augmentation potentielle de la demande est forte, Leo Tovar croit que la province a les ressources nécessaires pour y répondre.

Nous nous attendons à ce que l’offre soit suffisante et fiable pour répondre à cette augmentation de la consommation liée aux véhicules électriques.

Il pense que, malgré l'augmentation de la demande causée par les véhicules, la consommation globale en Alberta devrait rester relativement constante avec une augmentation modeste de 0,5 % dans les 20 prochaines années. Il s’agit d’une des prédictions les plus basses en plusieurs années.

Il s’avère que les véhicules électriques sont les seuls à tenter de compenser un grand nombre d’autres facteurs négatifs qui font baisser la consommation d'énergie.

Il s’agit d’un paramètre important, sachant que la demande en électricité peut avoir des effets sur les prix, comme ont pu le constater les Albertains lors des vagues de chaleur récentes.

Éviter le pic de demande

L'analyste principal spécialisé en transition vers des énergies propres Saeed Kaddoura, de l’Institut Pembina, affirme que l’ajout potentiel de milliers de véhicules électriques sur les routes pourrait signifier que la demande en énergie augmente à la fin de chaque jour, quand les gens rentrent chez eux et rechargent leur voiture.

Selon Saeed Kaddoura, les fournisseurs d'électricité pourraient devoir envisager des mesures incitatives, voire dissuasives, pour encourager les gens à modifier leurs comportements en matière de recharge de véhicules.

De toute évidence, la construction de nouvelles capacités de production est coûteuse, note-t-il.

Selon lui, la solution la plus abordable est donc d’encourager le consommateur à recharger son véhicule pendant les heures creuses.

William York, le directeur de l’Association des véhicules électriques de l’Alberta, pense que les mesures incitatives et les pénalités peuvent aider à résoudre le problème.

Il croit aussi que les propriétaires de véhicules électriques qui possèdent des panneaux solaires sur leur toit pourraient programmer leur véhicule pour qu’ils se rechargent à une vitesse proportionnelle à la quantité d'énergie générée par l'énergie solaire.

Au fil du temps, les systèmes électriques se sont toujours développés, tout comme la consommation mondiale de pétrole. Si nous avons réussi à répondre à la croissance de la demande de pétrole, alors nous pouvons sûrement réussir à répondre à la croissance de la demande d'électricité.

Avec les informations de Bryan Labby

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !