•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Il parle derrière un micro.

Jagmeet Singh en campagne électorale

Photo : Radio-Canada

Le temps passe vite en politique comme dans la vie. Dimanche, 10 années déjà se seront écoulées depuis le décès de Jack Layton.

Le 22 août 2011, l'ancien chef du NPD mourait prématurément d'un cancer quelques mois à peine après avoir mené son parti à un résultat historique aux élections. Les néo-démocrates formaient alors la nouvelle opposition officielle avec 103 députés, dont 59 au Québec. Encore aujourd'hui, on parle de cette vague orange.

Cette année-là, Jack Layton a bouleversé la vie de Jagmeet Singh en le convainquant de se lancer en politique.

J'étais cynique et il m'a inspiré. Je me suis dit : "S'il peut être la voix des gens et se battre pour eux, je peux le faire!"

Ce n'est donc pas un hasard si, lundi matin, le chef a choisi d'annoncer sa première promesse de la campagne dans la circonscription de Danforth. C'est là, à l'est du centre-ville de Toronto, que Jack Layton a été député de 2004 jusqu'à son décès en 2011. Il avait été réélu avec près de 61 % des voix, juste avant de mourir.

Depuis 2015, Danforth est passée aux libéraux. C'est devenu un exemple probant de la déroute néo-démocrate depuis 10 ans et, bien sûr, une circonscription à aller reprendre parmi tant d'autres pour le parti. Le Nouveau Parti démocratique ne détenait plus que 24 sièges à la dissolution de la Chambre dimanche.

Que s'est-il donc passé dans Danforth? Jagmeet Singh ne veut pas s'avancer et préfère parler d'avenir.

« Danforth c'est symbolique, c'est important. »

— Une citation de  Jagmeet Singh, chef du NPD

J'ai beaucoup d'espoir parce qu'on a une bonne candidate, on a des racines, des militants et les gens se souviennent de Jack. On leur a aussi montré pendant la pandémie qu'on pouvait être très utiles au Parlement, souligne M. Singh.

Jagmeet Singh en conversation dehors à Toronto

Le NPD tente de reprendre la circonscription représentée par l'ancien chef Jack Layton.

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Cloutier

Jagmeet Singh le répète ad nauseam : c'est grâce aux pressions de ses députés si les libéraux ont été aussi généreux pour la population depuis l'arrivée du coronavirus. Reste à voir si ça aura un impact dans le choix des électeurs de Danforth.

Attablé à la terrasse d'un restaurant, David Ramback va voter pour le NPD. Je suis satisfait du gouvernement libéral, mais ce n'était pas nécessaire de déclencher des élections. Je trouve que les libéraux et le NPD travaillaient bien ensemble, note-t-il.

Même son de cloche chez cette électrice croisée sur l'avenue Danforth. Jack Layton ne peut pas être remplacé, mais Jagmeet Singh est un excellent leader et je vais encore voter NPD, affirme-t-elle.

Judy Jacklin n'est pas du même avis : Je ne m'ennuie pas de Jack Layton. Les libéraux sont empathiques et je suis satisfaite.

Jack Layton le soir de l'élection du 2 mai 2011

Jack Layton le soir de l'élection du 2 mai 2011

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Un défi énorme au Québec

En 2019, Alexandre Boulerice a été le seul député néo-démocrate du Québec à être élu dans Rosemont–La Petite-Patrie.

Pour le Nouveau Parti démocratique, la côte s'annonce difficile à remonter. La personnalité de Jagmeet Singh et ses valeurs progressistes plaisent à un grand nombre de Canadiens, particulièrement les plus jeunes, mais au Québec, son opposition à la loi sur la laïcité lui a coûté bien des votes en 2019.

Son refus, l'an dernier, de condamner son député ontarien Matthew Green qui avait félicité le professeur Attaran de l'Université d'Ottawa après qu'il eut comparé le Québec à l'Alabama du Nord risque aussi de lui nuire.

Le directeur de campagne du NPD au Québec est toutefois optimiste. La personnalité de Jagmeet Singh est très proche, selon lui, de celle de Jack Layton.

L'optimisme, la solidarité, l'audace, c'est ce type d'héritage qu'on veut continuer de pousser, on veut rallier les progressistes du Québec avec ceux du reste du Canada, dit Jonathan Gauvin.

Quand on lui évoque cette comparaison avec Jack Layton, Jagmeet Singh se contente de sourire.

Je veux inspirer les gens et leur montrer que, si on ose ensemble, on peut bâtir une meilleure société. Il faut oser et c'est possible de faire mieux.

Les stratèges du Nouveau Parti démocratique espèrent qu'une demi-douzaine de députés néo-démocrates seront élus au Québec le 20 septembre. On est quand même loin de la vague orange.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

Pour en savoir plus

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !