•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tremblement de terre en Haïti : les membres de la diaspora sollicités pour aider

Des travailleurs paramédicaux de la Croix-Rouge tiennent une civière après le séisme en Haïti.

La diaspora haïtienne de Toronto est sollicitée pour envoyer de l'aide à la suite du séisme de samedi.

Photo : Reuters / Ralph Tedy Erol

Radio-Canada

Des membres de la diaspora haïtienne de Toronto tentent de s’organiser pour envoyer de l’aide à la suite du séisme majeur qui a ravagé une partie du pays au cours du week-end.

Amikley Fontaine, leader communautaire de la diaspora haïtienne de Toronto, demande que les gouvernements ontarien et canadien participent à envoyer de l’aide à la population haïtienne, qui a subi un deuxième tremblement de terre majeur en 11 ans.

Le puissant séisme de magnitude 7,2 survenu samedi dans le sud-ouest d’Haïti a fait au moins 1297 morts et plus de 5700 blessés.

Il y a pas mal d’écoles qui ont été détruites et l’école recommence bientôt en Haïti, il y a des initiatives qui ont été organisées et des fondations qui récoltent de l’argent pour envoyer là-bas, nous en appelons à la générosité des gouvernements, de la diaspora haïtienne et du public, indique M. Fontaine.

Celui-ci fait remarquer que la situation de la perle des Antilles depuis le séisme de 2010 n'était déjà pas favorable à la reconstruction.

Le président fondateur de la Fondation Sylvenie Lindor, Amikley Lindor.

Le président et fondateur de la Fondation Sylvenie Lindor, Amikley Lindor, est un leader de la communauté haïtienne à Toronto.

Photo : Radio-Canada / Pelin Sidki

Le pays a été transformé en république d’ONG, l’aide qui a été envoyée est allée à acheter des voitures de luxe et la location de chambres d’hôtel, l’aide n’est pas allée à ceux qui en ont besoin, déplore-t-il.

Pierre-Rigaud Charleus, membre de la diaspora haïtienne, veut contribuer à l’effort pour aider Haïti.

La tragédie est arrivée en Haïti en fin de semaine, c’est aujourd’hui qu’on reste en communication pour savoir quelles sont les réponses à mettre en place pour pouvoir organiser quelque chose pour ces gens qui sont là-bas, explique-t-il.

Des rapports d’organismes non gouvernementaux sur place font état de manque de matériel de soins et d’autres équipements pour prendre soin des blessés.

Avec les informations de Freddy Mata

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !