•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pont de Québec : une « occasion historique » à saisir, dit Labeaume

IMG_4626

En septembre 2020, le mandataire spécial nommé par Ottawa, Yvon Charest, était arrivé à la conclusion que le rachat du pont de Québec par le fédéral était le meilleur moyen d’assurer sa pérennité. (archives)

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Régis Labeaume invite les gouvernements Trudeau et Legault à ne pas laisser passer l’occasion de régler une bonne fois pour toutes le dossier du pont de Québec, au moment où une entente pour le rachat de l'infrastructure par Ottawa semble à portée de main.

Ce serait bête qu'on manque une occasion historique parce que, tsé, ça fait 14 ans, moi, que je connais ce dossier-là, puis j'ai l'impression qu'on n'a jamais été aussi proches [de le régler], a commenté le maire de Québec, lundi, lors d’un point de presse.

Radio-Canada a appris que les négociations entre Ottawa et le Canadien National (CN) pour le rachat du pont de Québec étaient suspendues.

Selon nos informations, la compensation financière versée par le CN, qui est propriétaire de l’infrastructure, pour sa réfection et son entretien répondrait aux attentes du fédéral. C’est plutôt la question du montant versé par le gouvernement du Québec qui empêcherait la conclusion d’une entente.

Le déclenchement de la campagne électorale fédérale a incité Ottawa à interrompre les négociations.

Régis Labeaume en point de presse.

Régis Labeaume croit qu'une entente dans le dossier du pont de Québec n'a jamais été aussi à portée de main (archives).

Photo : Radio-Canada

Régis Labeaume affirme avoir eu de nombreuses conversations sur le dossier au cours des derniers jours. Il s’est toutefois gardé d’en révéler la teneur.

Le maire s’est limité à dire que les parties devraient selon lui dévoiler davantage d’explications sur les pourparlers. Il aimerait notamment connaître les attentes d’Ottawa à l’égard des engagements financiers du Québec pour le rachat du pont.

C'est un dossier de fierté nationale, la question du pont [...] Ça vaudrait peut-être la peine que les gouvernements nous en donnent un peu plus pour qu'on sache, que le public sache où on en est, a fait valoir Régis Labeaume.

Duclos se veut rassurant

Si l’on en croit le président du Conseil du Trésor et député fédéral de Québec, Jean-Yves Duclos, la conclusion d’une entente sur le rachat du pont n’est qu’une question de temps.

On a énormément confiance dans le travail du négociateur Yvon Charest. Selon ses dires, les progrès sont substantiels. Il aurait besoin d'un petit peu plus de temps pour arriver à une bonne entente définitive et il a notre confiance pour y arriver, assure M. Duclos.

Jean-Yves Duclos devant un micro, avec en arrière-plan un rideau noir.

Jean-Yves Duclos affirme qu'une entente pour le rachat du pont de Québec sera bientôt conclue (archives).

Photo : Radio-Canada

Il ajoute que le temps additionnel dont bénéficie M. Charest favorisera la conclusion d’une entente permettant de pérenniser, restaurer et valoriser le pont de Québec pour de très nombreuses années à venir.

De passage dans la région de Québec lundi, le chef bloquiste, Yves-François Blanchet, a rappelé qu’avant d’être cédé au CN, le pont de Québec était une infrastructure de responsabilité fédérale. Par conséquent, Ottawa n’a pas à se montrer trop gourmand dans la part qu’il souhaite voir le gouvernement Legault assumer.

En matière d'infrastructure, c'est plus Québec qui attend de l'argent d'Ottawa qu'Ottawa qui attend de l'argent de Québec, a soutenu le leader souverainiste en faisant allusion, entre autres, au financement fédéral du troisième lien.

Ça ne fait aucun sens

À l’instar du maire Labeaume, l’opposition libérale à Québec invite les gouvernements fédéral et provincial à faire preuve de beaucoup plus de clarté et de transparence en ce qui concerne les montants réclamés de part et d’autre.

Marwah Rizqy prend la parole au Salon bleu de l'Assemblée nationale.

Marwah Rizqy reproche au gouvernement Legault de chercher à faire des gains par rapport au 3e lien au détriment du pont de Québec (archives).

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

La députée de Saint-Laurent et porte-parole libérale responsable de la région de la Capitale-Nationale, Marwah Rizqy, a accusé le parti de François Legault d’utiliser les négociations sur le rachat du pont de Québec pour inciter Ottawa à financer son projet de tunnel sous-fluvial.

On a le gouvernement de la CAQ qui est prêt à mettre 10 milliards de dollars, l'argent des contribuables [dans le 3e lien], mais qui ne veut pas sortir 200 millions de dollars pour une infrastructure majeure comme le pont de Québec. Ça ne fait aucun sens, a dénoncé Mme Rizqy en entrevue à Radio-Canada.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc et Camille Carpentier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !