•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chef Mike Sack arrêté puis libéré lors du lancement de la pêche de subsistance

Mike Sack.

Mike Sack, chef de la Première Nation de Sipekne'katik, à l'automne 2020 (archives)

Photo : CBC / Nic Meloney

Radio-Canada

Le chef de la Première Nation Mi’kmaq de Sipekne'katik, Mike Sack, a été arrêté lundi, au moment où sa communauté lance sa pêche de subsistance convenable.

La communauté confirme que l’arrestation s’est produite à Saulnierville, dans la baie Sainte-Marie, en Nouvelle-Écosse.

Il a été emmené jusqu'au bureau des pêches de Meteghan, avant d'être libéré un peu plus tard.

Le ministère des Pêches et des Océans (MPO) ne dévoile toutefois pas de détails sur les raisons de cette arrestation ni sur les accusations qui pourraient être portées.

Dans une entrevue accordée à CBC, Mike Sack raconte qu'il était à Saulnierville pour le début de la saison de pêche et qu'il se rendait à Digby pour diner lorsqu'il a été arrêté par des agents du MPO dans des véhicules banalisés.

Selon les dires de Mike Sack, les agents lui ont dit qu'il était arrêté pour avoir fait la promotion de la pêche illégale. Il croit qu'il s'agit d'une tactique du gouvernement fédéral pour mettre fin à la pêche autochtone.

Mike Sack précise qu'il a été libéré sans condition et qu'il compte retourner au quai de Saulnierville pour appuyer les pêcheurs.

La pêche de subsistance convenable menée pour une deuxième année par la communauté de Sipekne'katik n’a pas été approuvée par le MPO, qui régule la plupart des saisons de pêches au Canada.

Dans une série de messages Twitter publiés lundi après-midi, le MPO affirme que ses agents de pêche étaient sur l’eau, dans la baie Sainte-Marie, afin de procéder à des inspections et à s’assurer du respect de la Loi sur les pêches.

Une pêche controversée, pour une deuxième année

Vendredi, une porte-parole de la communauté a indiqué qu'une quinzaine de bateaux devraient prendre la mer lundi à partir des quais de Weymouth et de Saulnierville. Chaque bateau représente une cinquantaine de casiers.

Des agents du ministère de Pêches et Océans sont sur les lieux depuis quelques jours.

Deux policiers devant des dizaines de manifestants.

Des agents de la GRC sur le quai de Saulnierville, en Nouvelle-Écosse, devant des partisans de la pêche de subsistance des Mi’kmaq, le 20 septembre 2020

Photo : CBC/Jeorge Sadi

L’année dernière, des tensions ont éclaté sur les quais de la baie Sainte-Marie en raison de cette pêche de subsistance.

En mars, le gouvernement fédéral a décidé que les Autochtones devront pêcher durant les saisons déterminées et réglementées par Pêches et Océans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !