•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Relance économique : les conservateurs dévoilent leur plateforme

La formation mettrait au rancart le programme de garderies des libéraux pour le remplacer par un crédit d’impôt aux familles.

On voit le chef conservateur de face, debout, la bouche ouverte en train de parler. Il tient devant lui le document de la plateforme de son parti. Derrière lui, le slogan des conservateurs, « Agir pour l'avenir ».

Erin O’Toole, le chef du Parti conservateur du Canada, dévoile la plateforme de sa formation le 16 août à l'hôtel Westin, à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Aider les entreprises et les travailleurs, équilibrer le budget et favoriser la santé de la population. Le Parti conservateur du Canada d’Erin O’Toole met l’accent sur la reprise post-COVID dans sa plateforme dévoilée lundi matin à Ottawa.

Le plan conservateur, qui n’a pas encore été soumis à l’analyse du Directeur parlementaire du budget, promet des milliards de dollars d’argent frais.

Emplois et entreprises

Le parti compte récupérer un million d’emplois perdus pendant la pandémie de COVID-19.

Pour ce faire, les conservateurs misent notamment sur des prêts aux PME qui s’élèveraient jusqu’à 200 000 $, correspondant aux quatre mois de revenus pré-pandémie.

Afin d’aider au recrutement de personnel, les conservateurs proposent de payer jusqu’à 50 % du salaire des employés nouvellement embauchés pendant six mois après la fin de la Subvention salariale d'urgence du Canada, qui doit expirer fin octobre.

Du côté des travailleurs à plus faible revenu, on dit vouloir doubler l'Allocation canadienne pour travailleurs jusqu’à concurrence de 2800 $ pour les particuliers et de 5000 $ pour les familles. Cette allocation serait déposée directement dans le compte bancaire chaque trimestre au lieu d'un remboursement d'impôt à la fin de l'année.

On inclut aussi un crédit d’impôt pour encourager les Canadiens à lancer leur petite entreprise. Nous allons offrir un crédit d’impôt de 25 % sur un montant maximal de 100 000 $ pour que les Canadiens investissent personnellement dans une petite entreprise au cours des deux prochaines années.

Et dans le commerce de détail, qui a souffert pendant la pandémie, on veut offrir un congé de TPS d'un mois, à l'automne, pour aider les consommateurs et les commerçants.

Les libéraux, le Bloc, le NPD, les verts, n'ont pas de plan pour assurer la reprise économique après la pandémie.

Une citation de :Erin O’Toole, chef du Parti conservateur du Canada

Restauration et hôtellerie

Les conservateurs entendent aussi financer en partie les repas au restaurant et les voyages des Canadiens, afin d’aider les secteurs durement touchés de la restauration, du tourisme et de l’hôtellerie.

Ainsi, le parti compte offrir un rabais de 50 % sur les aliments et les boissons non alcoolisées achetés en restaurant du lundi au mercredi pendant un mois quand ce sera sécuritaire, ce qui représenterait une injection de 1 milliard de dollars dans ce secteur, d’après le document de la plateforme conservatrice.

On mentionne également un crédit d’impôt de 15 % pour les dépenses de vacances, jusqu’à concurrence de 1000 $ par personne, pour les Canadiens qui prennent des vacances au pays en 2022.

Toutefois, peu d’engagements sont étayés pour s’attaquer au problème criant de pénurie de main-d’œuvre dans ces secteurs.

Laisser tomber le programme de garderies, créer un crédit d’impôt

Les conservateurs veulent mettre la hache dans le programme de financement des garderies du gouvernement Trudeau pour financer directement le recours à un service de garde en modulant le crédit d’impôt en fonction du revenu familial.

On parle ainsi de convertir la Déduction pour frais de garde d’enfants en un soutien remboursable couvrant jusqu’à 75 % des frais de garde d’enfants pour les familles à faible revenu.

Cette mesure donnerait davantage de flexibilité aux familles et respecterait leurs préférences, selon le chef conservateur, contrairement au programme libéral, qui ne vise que les parents qui envoient leur enfant en garderie. Son approche aiderait aussi les femmes à intégrer le monde du travail, selon Erin O'Toole, ces dernières ayant été plus grandement touchées pendant la pandémie.

Vous allez probablement remarquer des idées que vous n’avez jamais entendues auparavant de la part d’un conservateur comme moi. Il est temps que les conservateurs prennent l’inégalité au sérieux, car c’est un problème grandissant au pays.

Une citation de :Extrait du document de la plateforme électorale du PCC

On va aider toutes les familles canadiennes immédiatement, ce n'est pas une promesse [comme celle des libéraux] pour dans cinq ou six ans, a dit Erin O'Toole.

Le Parti libéral du Canada n'a pas tardé à répliquer.

On voit que le naturel revient au galop. C’est l’approche de Stephen Harper, c’est l’approche des conservateurs de couper dans les programmes, de ne pas être là pour les femmes, pour les familles. On a travaillé pour créer un système de garderies à 10 $ à travers le pays inspiré par le Québec. […] Et des gouvernements conservateurs provinciaux ont compris l’importance d’investir dans les garderies, a réagi le chef libéral Justin Trudeau en conférence de presse à Longueuil en avant-midi.

Transferts en santé

En matière de santé, les conservateurs veulent retourner aux 6 % d’augmentation par année des transferts fédéraux aux provinces qui existaient à l’époque du gouvernement Harper.

[Nous rencontrerons] les premiers ministres provinciaux dans les 100 premiers jours au pouvoir pour proposer un nouvel accord sur la santé avec les provinces et les territoires qui portera le taux de croissance annuel du Transfert canadien en matière de santé à au moins 6 %. Cela permettra d’injecter près de 60 milliards de dollars dans notre système de santé au cours des dix prochaines années, mentionne le document.

En matière de santé mentale, où les besoins ont été exacerbés par la pandémie, le PCC veut rendre plus stable et prévisible le financement afin d’assurer qu’un million de Canadiens additionnels peuvent recevoir un traitement, chaque année.

Consommation, environnement, habitation

On compte aussi dans cette plateforme des mesures qui visent à réduire les frais de téléphonie et d'Internet ainsi que les prix des aliments.

En matière d'environnement et de changements climatiques, les conservateurs répètent ce qu'ils avaient déjà annoncé pour remplacer la taxe carbone du gouvernement Trudeau, soit une taxe sur le carburant dont les fonds recueillis seraient déposés dans un compte d'épargne personnel et pourraient être utilisés pour acheter des services ou des biens écoénergétiques.

Pour éviter la surchauffe du secteur immobilier et rendre les propriétés plus accessibles, le parti interdirait aux investisseurs étrangers qui ne vivent pas ou qui ne viennent pas vivre au Canada d’acheter des biens immobiliers pendant une période d'au moins deux ans.

Les conservateurs comptent également retourner à l’équilibre budgétaire d’ici 10 ans.

Pour ce faire, le PCC table sur une solide croissance économique au cours des prochaines années.

Nos investissements vont permettre un rebond de secteurs de notre économie. Il faut être fier de ce que nous produisons ici. Dans les secteurs de l’énergie, du bois, de l’industrie minière. Il faut avoir de meilleurs accords pour l’acier et l’aluminium et ne pas laisser la Chine abuser des lois du commerce international, a affirmé Erin O'Toole en point de presse, en réponse aux journalistes.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !