•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les libéraux redemandent aux conservateurs de se faire vacciner

Jean-Yves Duclos et trois autres candidats avec le château Frontenac derrière eux.

Jean-Yves Duclos a profité d'une sortie lundi pour réclamer la vaccination de tous les candidats aux élections fédérales.

Photo : Radio-Canada / Camille Carpentier

Les libéraux demandent de nouveau la vaccination obligatoire de tous ses adversaires des présentes élections fédérales. Ils mettent particulièrement de la pression sur les troupes conservatrices et leur chef, Erin O'Toole, qui refuse d'obliger ses candidats à recevoir le vaccin contre la COVID-19.

Le candidat sortant dans la circonscription de Québec, Jean-Yves Duclos, a réitéré cette exigence en point de presse, lundi matin. Il est totalement incompréhensible que M. O’Toole refuse de demander à ses candidats de se faire vacciner, a-t-il décoché.

La veille, le chef conservateur a refusé de s'avancer sur la vaccination de ses porte-couleurs. Tous nos candidats vont travailler très fort sur le terrain et respecter toutes les mesures sanitaires, a-t-il répondu lorsqu'un journaliste a demandé si ses candidates et candidats avaient reçu le vaccin.

« Il est inimaginable que les candidats conservateurs au Canada se déplacent sans se faire vacciner. »

— Une citation de  Jean-Yves Duclos, candidat libéral, circonscription de Québec

Jean-Yves Duclos et les libéraux jugent irresponsable la manière conservatrice. Ils en appellent aux candidats conservateurs à faire eux-mêmes pression sur leur chef. La seule façon de mettre la pandémie derrière nous, c’est de se faire vacciner, a insisté M. Duclos.

Erin O'Toole devant des écrans où l'on voit des drapeaux canadiens.

Erin O'Toole en point de presse, dimanche

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Erin O'Toole est aussi en porte à faux avec les libéraux sur la vaccination obligatoire des fonctionnaires fédéraux, annoncée la semaine dernière. On doit éduquer sans forcer, et on doit travailler ensemble contre la quatrième vague de COVID-19, a-t-il déclaré dimanche. M. O'Toole est lui-même vacciné et a contracté la COVID-19 l'an dernier.

Flèche contre le Bloc

M. Duclos ne s'est pas contenté des conservateurs, lundi. Quelques moments après son point de presse, il a aussi décoché une flèche contre le Bloc québécois sur les réseaux sociaux.

Dans un message sur Twitter, M. Duclos a accusé le chef Yves-François Blanchet d'entretenir un flou sur la vaccination obligatoire des travailleurs de la fonction publique canadienne et des voyageurs.

En point de presse lundi matin, lui aussi à Québec, M. Blanchet a taxé les libéraux d'instrumentaliser la pandémie et la vaccination, évoquant une stratégie assez honteusement populiste.

S'ils sont d'avis que la vaccination est le meilleur moyen de vaincre la pandémie, et donc que tous devraient s'y soumettre, les bloquistes restent imprécis sur la question d'obliger la fonction publique à se faire vacciner.

M. Blanchet n'y voit pas une solution absolue, préférant laisser une marge de manœuvre dans laquelle je souhaite que les Québécois s'inscrivent.

Le NPD veut une date

Le Nouveau Parti démocratique, favorable à la vaccination obligatoire des employés fédéraux et au passeport vaccinal, juge plutôt que les libéraux ne vont pas assez vite. Leur chef Jagmeet Singh réclame un échéancier.

Il est décevant de voir Justin Trudeau refuser de s’engager sur un échéancier concernant les vaccins obligatoires et le passeport vaccinal. S’il était sérieux au sujet de la protection des familles, il va fixer un véritable délai pour que ça soit fait, a-t-il dit lundi.

Plus de détails à venir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !