•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cri du cœur d’un couple italien pour obtenir son statut de résident permanent

Lorenza Granchelli et son conjoint Christian Giampietro. (archives)

Privés d’emplois et d’assurance-maladie, Lorenza Granchelli et son conjoint, Christian Giampietro, ont puisé dans leurs poches pour payer une assurance privée. (archives)

Photo : Lorenza Granchelli

Radio-Canada

« Le Canada est notre rêve, et devenir Canadiens est notre rêve. Six ans après tout ce que nous avons vécu, cela reste encore notre rêve », affirme haut et fort Christian Giampietro, qui tente d’obtenir son statut de résident permanent au Canada avec sa conjointe, Lorenza Granchelli.

En entrevue à Radio-Canada, Christian Giampietro et Lorenza Granchelli affirment avoir dépensé près de 25 000 $ en frais d’immigration depuis 2014, alors que tous deux travaillaient au salaire minimum.

Je ne peux pas survivre ainsi. Le gouvernement me tue lentement et avec beaucoup de douleur.

Une citation de :Christian Giampietro, demandeur de résidence permanente au Canada

Une lutte depuis 2014

Arrivée à Calgary en 2014, Lorenza Granchelli avait obtenu un permis vacances-travail du gouvernement fédéral, alors que son mari, Christian, était un visiteur.

Ils ont pensé que leurs chances d'obtenir une résidence permanente seraient meilleures s'ils soumettaient une demande à travers le Programme Candidats immigrants pour la Saskatchewan.

Ils se sont donc rendus à Saskatoon et ont obtenu des permis de travail. Lorenza a obtenu un emploi comme boulangère. Christian a déniché un emploi dans la construction.

Lorenza Granchelli et son conjoint Christian Giampietro. (archives)

Privés d’emplois et d’assurance maladie, ils ont puisé dans leurs poches pour trouver une assurance privée. (archives)

Photo : Lorenza Granchelli

En 2018, ils ont soumis officiellement leurs demandes de résidence permanente. En mai 2019, ils ont été appelés à faire des examens médicaux, l’une des étapes importantes dans cette procédure d’immigration. Ils ont obtenu leurs résultats en février dernier.

Entre le moment des tests et des résultats, Mme Granchelli a perdu son emploi en raison de la pandémie de COVID-19, et son statut de travailleuse qualifiée a expiré. Le statut de Christian Giampietro a aussi expiré, car il dépendait de celui de sa femme.

Privés d’emplois et d’assurance maladie, ils ont puisé dans leurs poches pour trouver une assurance privée.

Acculés au pied du mur financièrement, ils ont soumis une demande pour un visa de visiteur dans l’espoir de prolonger leur séjour au Canada.

Lorenza Granchelli et son conjoint Christian Giampietro. (archives)

Le couple habite dans la maison d’un ami à Calgary en attendant des réponses d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. (archives)

Photo : Lorenza Granchelli

À l’heure actuelle, ils habitent dans la maison d’un ami à Calgary en attendant des réponses d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

Le télétravail a ralenti le processus d'immigration

Dans un courriel à Radio-Canada, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) confirme que le statut de résidents temporaires du couple italien est arrivé à échéance en juin 2020.

Le conseiller en relation avec les médias d'IRCC, Rémi Larivière, explique la lenteur du processus par la pandémie.

Il ajoute que le statut de plusieurs demandeurs est au ralenti parce que de nombreux fonctionnaires ont travaillé de la maison au cours de la dernière année.

Nous traitons les demandes aussi rapidement que possible. Nous faisons également de grands progrès dans le traitement virtuel d'un plus grand nombre de demandes, tout en mettant l'accent sur la sûreté et la sécurité. Nous avons fait de nombreux efforts pour aider les employés à travailler à distance. Nous avons également revu certaines politiques et explorons d'autres moyens de nous adapter à la situation actuelle et de créer la flexibilité nécessaire pour répondre aux circonstances dans lesquelles nous nous trouvons maintenant, écrit Rémi Larivière.

Avocat en immigration établi en Saskatchewan, Matt Sirois note cependant que le traitement des dossiers par IRCC s’est accéléré au cours des deux à trois derniers mois.

Sans commenter le dossier de Christian Giampietro et Lorenza Granchelli en particulier, Matt Sirois affirme que certains demandeurs se trouvent dans une situation semblable à la leur.

Le couple n'a que très peu de nouvelles en ce qui a trait à son statut. La dernière fois que Mme Granchelli a pu discuter avec un représentant du bureau de l'Immigration, on lui a dit qu’elle devait restaurer son statut d’immigration le plus rapidement possible.

Avec les informations de Mercia Mooseely

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !