•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook rend les appels confidentiels sur Messenger

Le logo de l'application Messenger de Facebook sur un écran de téléphone.

Facebook promettait depuis plusieurs mois de chiffrer sa plateforme de messagerie instantanée Messenger.

Photo : afp via getty images / MARTIN BUREAU

Agence France-Presse

Facebook a annoncé vendredi l'ajout d'une option pour crypter les appels audio et vidéo sur Messenger. Cette nouvelle arrive au moment même où est débattue la frontière entre droit à la confidentialité et impératifs de sécurité publique, liés notamment à la pédophilie.

Les utilisateurs et utilisatrices de la messagerie du géant des réseaux sociaux pourront désormais choisir le cryptage de bout en bout – d'un appareil à l'autre – de leurs échanges téléphoniques. Cela signifie que personne, pas même Facebook, ne peut voir ou écouter ce qui est envoyé ou dit, a précisé le groupe californien dans un communiqué.

C'était déjà le cas sur WhatsApp, la messagerie rachetée par Facebook, tout comme sur d'autres applications populaires comme Zoom, Signal, ou FaceTime d'Apple.

Mais de nombreux gouvernements rejettent cette couche de sécurité supplémentaire, au nom de la lutte contre la pédophilie ou le terrorisme. Ils voudraient que les plateformes intègrent des portes dérobées dans leurs logiciels, afin que la justice de leur pays puisse récupérer des messages et photos nécessaires aux enquêtes criminelles.

Apple vient justement de faire des concessions en ce sens, à la surprise générale du secteur des technologies, car le fabricant de l'iPhone s'est bâti une réputation de modèle en matière de respect de la vie privée.

La semaine dernière, le groupe a dévoilé de nouveaux outils conçus pour mieux repérer les images à caractère sexuel impliquant des enfants sur son serveur iCloud et sur la messagerie iMessage pour les comptes d'enfants liés à un abonnement familial. Cette décision a suscité un tollé.

« Apple remplace son système de messagerie crypté de bout en bout par une infrastructure de surveillance et de censure, qui sera vulnérable aux abus et aux dérives non seulement aux États-Unis, mais dans le monde entier. »

— Une citation de  Greg Nojeim, du Centre pour la démocratie et la technologie (CDT)

Il est clair qu'il y a eu beaucoup de confusion autour de nos messages, a reconnu Craig Federighi, directeur des logiciels à Apple, dans une entrevue au Wall Street Journal publiée vendredi.

Il a assuré que les nouveaux algorithmes ne rendaient pas le système moins sûr ou confidentiel.

Contrairement aux autres services infonuagiques (informatique à distance), a-t-il expliqué, Apple voulait pouvoir repérer les photos (du Centre national des enfants disparus et exploités) dans le nuage sans avoir besoin de regarder les photos des gens.

Facebook tente régulièrement de défier son voisin de la Silicon Valley sur le terrain de la confidentialité, le réseau social ayant, lui, besoin de regagner la confiance de la société civile après plusieurs scandales de fuites de données.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !