•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Environ 80 personnes ont manifesté contre les coupes le long de la rivière Péribonka

Des manifestants avec des pancartes.

Une manifestation regroupe plusieurs groupes environnementaux devant les bureaux du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Photo : Radio-Canada / Philippe L'Heureux

Radio-Canada

Plusieurs groupes environnementaux ont manifesté vendredi dans l'arrondissement de Jonquière devant les bureaux du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) afin de dénoncer les coupes forestières planifiées d’ici la fin du mois d’août dans un secteur le long de la rivière Péribonka où il y a également un projet d’aire protégée.

Ils étaient environ 80.

Malgré les pressions citoyennes et une demande de moratoire, le gouvernement Legault a décidé d’aller de l'avant avec les coupes forestières. Le MFFP a autorisé ces coupes en raison des dommages causés par la tordeuse des bourgeons de l'épinette (TBE) dans le secteur.

des manifestants.

Plusieurs groupes environnementaux sont présents pour dénoncer les coupes forestières planifiées d’ici la fin du mois d’août dans le projet d’aire protégée de la rivière Péribonka.

Photo : Radio-Canada / Philippe L'Heureux

Le député de Jonquière Sylvain Gaudreault était présent à la manifestation. Derrière l'aire protégée de la Péribonka, il y a tout un symbole, toute une perception et une façon de voir le développement de nos forêts, tout en respectant les travailleurs et travailleuses forestiers. Moi, je pense que c'est le message qu'il faut envoyer. Les deux ne sont pas incompatibles, a-t-il dit à propos de la conciliation entre la protection des forêts, qui peut créer des emplois également, et l'industrie forestière.

La députée solidaire Émilise Lessard-Therrien avait fait le voyage depuis sa circonscription de Rouyn-Noranda–Témiscamingue. Il y a des gestes concrets qui doivent être posés dès maintenant, des gestes forts et les aires protégées au Québec, ça fait partie de ces gestes-là. Donc, moi je m'explique mal pourquoi François Legault maintient cet affront-là, a dénoncé la membre de Québec solidaire.

Les gens sont conscients à quel point cette rivière-là est importante, c'est vraiment un joyau du patrimoine naturel. Et puis n'importe qui qui a vu la rivière Péribonka va dire qu'il faut conserver ce joyau-là, c'est trop précieux, a ajouté Ève Tremblay, porte-parole du Comité de sauvegarde de la rivière Péribonka.

La réponse du ministre

À la suite de la manifestation, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, a tenu à rassurer quant à l'impact visuel des coupes qui seront faites prochainement. Lorsqu'on intervient sur un secteur de TBE (tordeuse des bourgeons de l'épinette) dans des zones sensibles, il va y avoir un travail fait par le ministère de reboisement beaucoup plus rapide, beaucoup plus intense que dans d'autres secteurs et c'est pour ça qu'on intervient parce qu'on veut justement remettre le paysage le plus propre et le plus beau possible, le plus rapidement possible pour éviter que les gens aient un désagrément trop longtemps, a commenté le ministre dans le cadre de l'émission Place publique.

Avec des informations de Philippe L'Heureux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !