•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que doit-on aux employés de l’Université Laurentienne touchés par la restructuration?

Un juge devrait recevoir une requête le 17 août décrivant les plans de l'Université Laurentienne pour indemniser les professeurs et le personnel touchés par l'insolvabilité de l'institution.

L'Université Laurentienne.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

On en est à plus de six mois après le début des procédures d'insolvabilité de l'Université Laurentienne. Pourtant, les travailleurs affectés attendent toujours la possibilité de réclamer ce qui leur est dû.

L'Université a publié un cadre provisoire (Nouvelle fenêtre) pour les réclamations que peuvent présenter les professeurs, le personnel et les employés touchés par la restructuration, mais l'une des parties affirme que les détails ne sont pas définitifs et que les négociations se poursuivent.

Un plan décrivant les règles de base pour les réclamations sera présenté à la cour de l'Ontario, et toutes les parties doivent se présenter devant un juge mardi prochain pour discuter de la méthode de compensation.

L'Université a entamé des procédures d'insolvabilité le 1er février en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC), ce qui lui permet de fonctionner tout en s'occupant de sa situation financière.

Dans les semaines suivantes, des coupures et des changements radicaux ont été apportés aux programmes et au personnel.

Crise à l'Université Laurentienne

Consulter le dossier complet

Blason bleu et jaune.

L'Université a une série de demandeurs

Le cadre provisoire, joint à une motion qui sera présentée au tribunal, décrit les modalités relatives aux indemnités de départ, aux prestations de santé et à la rémunération des membres de l'Association des professeures et professeurs de l'Université Laurentienne (APUL) et du Syndicat des employés de l'Université Laurentienne (SEUL) dont les emplois ont été supprimés ou modifiés.

Le plan, qui ne précise pas les montants qui peuvent être accordés, établit les critères que chaque demandeur suivra pour calculer ce qu'il estime lui être dû.

Ce processus vise à déterminer ce que les personnes qui ont perdu leur emploi devraient avoir le droit de réclamer par le biais du tribunal.

Une citation de Tom Fenske, président de SEUL

C'est sur cette base qu'ils fonderont leurs demandes. Ils demanderont un certain montant tel que décrit dans cette méthodologie , ajoute-t-il.

Mais M. Fenske a précisé qu'il ne s'agit que d'une équation, et que les membres ne recevront pas le montant total de leur demande, mais probablement un pourcentage de celui-ci lorsqu'ils rejoindront la liste des plaignants contre l'Université.

Ce pourcentage demeure incertain. J'ai posé la question à tout le monde, et personne ne le sait vraiment. S'ils avaient une idée, ils étaient réticents à me la dire. Nous ne sommes pas vraiment sûrs de ce que sera le résultat final , raconte-t-il.

Des questions subsistent quant au montant d'argent que la Laurentienne devra puiser à mesure que le processus de réclamation avance.

M. Fenske a déclaré qu'il s'agit d'une cible mouvante à l'heure actuelle, car l'Université examine ses actifs et procède à un examen des biens immobiliers avant de décider du montant qu'elle peut offrir en compensation.

Nos membres sont dans le même groupe que les banques à qui [l’Université] doit beaucoup plus d'argent , dit-il, donc ils vont tous être traités de la même manière. Ils vont être redevables collectivement

La Laurentienne doit des dizaines de millions aux banques

Selon la liste de ses créanciers, la Banque Royale du Canada a réclamé 71 millions de dollars, tandis que les réclamations de la Banque Toronto-Dominion s'élèvent à 18 millions de dollars.

Charles Ramcharan a pris le pari d'une offre de retraite avant que l'Université annonce des réductions de postes et de programmes. Il est admissible à déposer une réclamation, mais il ne sait pas vraiment à combien elle s'élèvera.

Il est toutefois heureux d'avoir franchi le pas, car il a accès à une pension qu'il n'aurait peut-être pas eue s'il n'avait pas pris sa retraite. Son département, les sciences de l'environnement, a été supprimé et il aurait perdu son emploi.

M. Ramcharan dit que lui et d'autres universitaires qui ont à cœur la contribution de la Laurentienne se sentent traumatisés par les tergiversations entourant leurs demandes.

Plusieurs professeurs ont l'impression d'être un ballon de soccer ballotté par l'Université, les tribunaux et la province. L'association des professeurs est prise au milieu de cette négociation complexe, ou de cette bataille, vraiment.

Une citation de Charles Ramcharan

Les universités fédérées ont négocié leurs propres réclamations

Le processus de réclamation ne s'applique pas au corps professoral et au personnel des anciennes universités fédérées de Thorneloe, de Huntington et de l'Université de Sudbury, qui ont négocié leurs propres ententes de départ.

Les affiches de quatre universités.

Les universités fédérées ont négocié leurs propres réclamations.

Photo : Radio-Canada / Erik White, CBC

Guy Chamberland était professeur d'études anciennes à Thorneloe et est satisfait du montant qu'il a reçu, bien qu'il ne puisse en parler en raison d'une clause de confidentialité.

Il dit avoir de la peine en voyant la lutte de ses collègues universitaires qui naviguent dans un avenir incertain.

Je vois ces pauvres gens, qui ont travaillé, plusieurs qui ont déménagé d'assez loin pour venir à Sudbury et puis, bang, cela arrive. Alors, vous les voyez essayer de trouver une nouvelle façon de soutenir leur famille et de trouver un nouveau but dans leur vie, exprime-t-il.

Avec les informations de CBC

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ontario

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ontario.