•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les forces spéciales canadiennes prêtes à évacuer l’ambassade du Canada à Kaboul

Des dizaines de personnes sont massées autour d'un véhicule sur lequel se tiennent des hommes. Un drapeau s'élève au-dessus des têtes.

Des talibans se tiennent au beau milieu d'une place publique à Kandahar, le 13 août 2021.

Photo : afp via getty images

Radio-Canada

Les forces spéciales canadiennes se tiennent prêtes à évacuer l’ambassade du Canada à Kaboul, en Afghanistan, selon une source du ministère de la Défense nationale.

Les soldats hautement entraînés devraient travailler aux côtés d'alliés, tels que les États-Unis et le Royaume-Uni, qui envoient des milliers de soldats dans la capitale afghane pour aider à l'évacuation partielle de leurs ambassades.

La source du ministère de la Défense, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a indiqué à CBC qu'à l'heure actuelle le gouvernement n'a pas l'intention de déployer une grande force conventionnelle, comme les Américains et les Britanniques prévoient de le faire.

Quelques semaines seulement avant que les États-Unis ne retirent ses troupes en Afghanistan, l'administration Biden doit envoyer 3000 nouveaux soldats à l'aéroport de Kaboul pour aider à une évacuation partielle de l'ambassade américaine.

La Grande-Bretagne a annoncé jeudi qu'elle enverrait environ 600 soldats en Afghanistan pour aider les ressortissants britanniques à quitter le pays dans un contexte d'inquiétudes croissantes concernant la situation en matière de sécurité.

Vendredi, l'Allemagne a annoncé qu'elle allait réduire son personnel diplomatique à Kaboul au minimum absolu. Nous allons réduire dans les prochains jours notre personnel à l'ambassade allemande à Kaboul au minimum absolument nécessaire, a déclaré son ministre des Affaires étrangères Heiko Maas.

Des discussions ont eu lieu entre l'Armée canadienne et le Commandement central américain (CENTCOM), qui est responsable du Moyen-Orient, sur la fourniture d'une assistance logistique et de transport au Canada, si cela s'avérait nécessaire, a précisé cette même source à CBC.

La décision de fermer l'ambassade du Canada ou de réduire ses activités revient au gouvernement fédéral.

Un peu moins d'une dizaine de véhicules blindés et de camions sont stationnés dans une étendue terreuse.

Des véhicules de la police et de l'armée afghane sont stationnés aux abords de la base de Kandahar au moment où les combats avec les talibans se poursuivent.

Photo : Associated Press / Sidiqullah Khan

Réunion de crise à l’OTAN

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, va présider vendredi une réunion de crise des ambassadeurs des pays de l'Alliance pour coordonner l’évacuation de leurs diplomates et leurs ressortissants.

Il s'agit de sécuriser l'aéroport international de Kaboul, a précisé M. Stoltenberg, ajoutant que la Turquie avait proposé de se charger de cette mission.

Affaires mondiales Canada n'a pas souhaité confirmer que l'ambassade était en cours de fermeture, mais dit surveiller l'évolution de la situation.

Le ministre Garneau est en étroite coordination avec nos alliés et avec notre ambassadeur en Afghanistan, a laissé savoir la porte-parole du ministère Ciara Trudeau.

La sécurité de l'ambassade du Canada et de notre personnel à Kaboul est notre priorité absolue, a-t-elle ajouté sans donner davantage de détails sur les questions opérationnelles pour des raisons de sécurité.

Deux soldats sont derrière des sacs de sable.

Des membres des forces spéciales de l'Armée canadienne, dans le nord de l'Irak

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Marc Garneau s'est entretenu jeudi avec son homologue américain Anthony Blinken. Il a été question du plan de Washington de réduire le contingent de civils américains à Kaboul et de leur engagement à soutenir une solution diplomatique au conflit.

Plus tôt jeudi, avant que la prise de Kandahar soit confirmée, le ministre de la Défense Harjit Sajjan a reconnu que Kandahar, la ville où des troupes canadiennes étaient présentes, pourrait tomber.

Tout ce que je peux dire, c'est qu'en ce moment, oui, la situation en matière de sécurité se détériore. Nous avons mis en place des plans d'urgence pour nous assurer que notre personnel est en sécurité, a-t-il déclaré lors d'un point de presse.

Évacuation des réfugiés afghans

Par ailleurs, le Canada a commencé à accueillir au début de ce mois-ci les premiers Afghans qui ont soutenu la mission militaire canadienne en Afghanistan.

Le gouvernement fédéral a annoncé en juillet un programme spécial d'immigration d'urgence pour les Afghans considérés comme faisant partie intégrante de la mission des Forces armées canadiennes.

Ottawa affirme que plus de 800 d'entre eux ont été réinstallés au Canada au cours de la dernière décennie, mais reconnaît que beaucoup d'autres sont toujours en Afghanistan.

Du côté du Danemark, le Parlement a accepté d'évacuer 45 citoyens afghans qui travaillaient pour le gouvernement danois en Afghanistan et de leur offrir la résidence pendant deux ans.

Quelque 40 000 soldats canadiens ont été déployés en Afghanistan pendant 13 ans dans le cadre de la mission de l'OTAN avant de se retirer en 2014.

Avec les informations de Murray Brewster, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !