•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des étudiants peinent à se trouver un logement

Une affiche fixée à un immeuble sur laquelle est écrit : logements à louer, complet.

Le coût mensuel que paient les étudiants à Montréal pour se loger est passé de 575 à 680 $ en quatre ans.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

À quelques semaines de la rentrée universitaire, de nombreux étudiants, en particulier des étudiants internationaux, sont toujours à la recherche d’un logement. Une quête qui prend des allures d’un parcours du combattant et qui est compliquée par la pandémie.

Ça peut être très difficile pour eux cette année, parce qu'ils arrivent souvent à la dernière minute au pays, à cause des règles sanitaires et des délais qui se sont allongés, explique Marie-Hélène Rivest, secrétaire générale de la FAECUM, qui regroupe les associations étudiantes de l'Université de Montréal.

De nombreux étudiants internationaux doivent aussi chercher à distance, en attendant d'arriver à Montréal. Ils se fient aux sites de petites annonces, aux groupes Facebook, et ils ont parfois droit à de mauvaises surprises.

Il y a des choses qu'on ne peut pas voir, avec des photos et des vidéos d'appartements, et que bien des étudiants internationaux se retrouvent dans des appartements insalubres et non sécuritaires, en particulier dans le secteur de Concordia, au centre-ville, explique Alex Clifford, du centre de ressources Logement et Emploi à l'Association des étudiants de l'Université Concordia.

Moins de loyers abordables

De plus, les loyers ont beaucoup augmenté ces dernières années. C'est ce qu'observe Laurent Lévesque, directeur général de l'UTILE, l'Unité de travail pour l'implantation du logement étudiant.

L'Unité, qui fait à la fois de la construction de logements et de la recherche sur cette question, calcule qu'entre 2017 et 2021, le coût médian que paient les étudiants universitaires à Montréal, pour se loger, est passé de 575 à 680 $ par mois, une augmentation de 18 % en quatre ans. Ils doivent donc choisir des logements beaucoup plus chers, ou alors très éloignés des transports en commun.

Laurent Lévesque estime que la question du logement étudiant a été un peu oubliée par les gouvernements.

Il y a environ 100 000 étudiants universitaires qui compétitionnent avec les autres locataires sur le marché des logements à Montréal.

Le Conseil jeunesse de Montréal est du même avis. Son président, Benjamin Herrera, croit qu'il faudrait travailler sur la question du logement abordable pour les étudiants, parce que le coût du logement contribue à la bonne réputation de Montréal comme ville étudiante.

Cette semaine, la chef de Projet Montréal, Valérie Plante, a promis de soutenir la construction de 2000 logements abordables pour étudiants dans les prochaines années.

Avec les informations de Philippe-Antoine Saulnier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !