•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Cégep se donne du temps avant de décider où sera offert son cours de pilotage

Un avion dans le ciel.

Le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue avait évoqué la possibilité de lancer sa nouvelle formation en pilotage d’aéronefs au campus de Rouyn-Noranda au lieu de Val-d'Or (archives).

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

À la suite du processus d’appels d’offres, le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue a accordé le contrat de la formation à l’École d’aviation de Rouyn-Noranda.

La direction du Cégep n’a toutefois pas statué sur la ville dans laquelle sera dispensé son nouveau cours de pilotage d’aéronefs.

Le Cégep ajoute que des discussions sont toujours en cours avec les partenaires du milieu concernant le lieu de la formation, entre Val-d’Or et Rouyn-Noranda.

Le directeur général Sylvain Blais précise que la volonté initiale d’implanter le programme à Val-d’Or est toujours d’actualité.

Avec l’appel d’offres, on cherchait à obtenir le meilleur prix, rappelle-t-il. Mais on sait aussi que la communauté valdorienne est mobilisée. Les soumissionnaires devaient nous indiquer un prix pour chaque endroit. Si on veut que la formation soit donnée à Val-d’Or, il y a un écart de prix dans la proposition et on doit trouver une façon pour que ça ne soit pas le Cégep qui couvre ces frais.

Sylvain Blais précise que le programme serait déficitaire à Val-d’Or avec seulement quatre étudiants, comme c’est le cas présentement. Le Cégep a donc convenu de retarder le début de la cohorte de quelques semaines pour relancer les efforts de recrutement d’étudiants autochtones, ce qui pourrait dénouer l’impasse.

Nous avons indiqué que le cours serait rentable à Val-d’Or avec huit étudiants au total, dont quatre autochtones, souligne le directeur général. On nous dit qu’il y a des avenues supplémentaires que nous aurions pu explorer lors du recrutement. On va prendre le temps de regarder toutes les possibilités et c’est pour ça qu’on donne un dernier tour de roue et un délai de quelques semaines pour prendre une décision.

Le maire de Val-d'Or et des représentants de la Chambre de commerce, de la Corporation de développement industriel et de l'aéroport sont assis dans la salle du conseil de Val-d'Or.

Le maire de Val-d'Or, Pierre Corbeil, accompagné des représentants de la Chambre de commerce, de la Corporation de développement industriel et de l'aéroport, ont tenu un point de presse jeudi.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

À Val-d’Or, le milieu a réagi avec force, invitant le Cégep à s’engager clairement en faveur de son campus pour ce nouveau programme, destiné à combler les besoins des transporteurs régionaux comme Air Creebec et Air Inuit. La Ville, l’Aéroport et la Chambre de commerce ont fait front commun en conférence de presse, jeudi.

Le maire Pierre Corbeil comprend mal le revirement du Cégep après trois ans de travail pour lancer ce programme.

On salue le démarrage de la formation et le fait que les inscriptions y soient toujours ouvertes, mais on demande au Cégep de lever l’hypothèque quant à la destination finale, lance-t-il. En 2018, le Cégep nous a demandé des appuis pour ce projet et les partenaires ont répondu présents de façon unanime. C’est clair dans notre esprit que ça devrait être ici.

Pierre Corbeil affirme que des discussions sont toujours en cours avec le Cégep et que le milieu valdorien est ouvert à soutenir le programme financièrement, au besoin.

Si c’est ce que ça prend, on va le faire. On va regarder toutes les propositions sérieuses qui nous seront présentées. Mais on doit aussi comprendre les raisons des écarts de coûts. Pourquoi est-ce que ça serait plus cher de former dans un endroit de la région plutôt qu’un autre? La prémisse de base a été malmenée et ça sème un doute dans notre esprit, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !