•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Société régionale inuvialuit achète une harde de rennes originaire de Russie

Les premiers rennes de cette harde ont parcouru un long périple qui les a menés de la Russie aux Territoires du Nord-Ouest, en 1935.

Les rennes sont regroupés avec l'aide des chiens. Au loin, un véhicule qui permet de rouler dans la taïga.

La Société régionale inuvialuit a conclu une entente qui lui confère la pleine responsabilité d'une harde de rennes qui avait initialement été transportée de Russie dans le Nord canadien dans les années 1930. Cette photo montre des rennes dans la taïga, en Russie.

Photo : Radio-Canada / Raymond Saint-Pierre

Radio-Canada

La Société régionale inuvialuit (SRI), à Inuvik, aux Territoires du Nord-Ouest, a acheté une harde de rennes qui avait initialement été transportée de Russie vers le Nord canadien dans les années 1930. Son objectif est d’accroître la taille de la harde pour renforcer la sécurité alimentaire.

L’organisation de développement économique communautaire de la SRI a récemment fait pleine acquisition de la harde qu’elle possédait depuis environ 20 ans avec l’entreprise d’Inuvik Kunnek Resource Development Corporation.

C’est une ressource cruciale que nous reconnaissons dans la région, particulièrement en ce qui concerne la sécurité alimentaire, explique le président de la SRI, Duane Ningaqsiq Smith.

Un homme pose pour la caméra.

Le président de la Société régionale inuvialuit, Duane Smith, espère que l'acquisition de la harde renforcera la sécurité alimentaire.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Un long voyage de l'Arctique russe à l’Alaska

Les premiers rennes ont été transportés au début des années 1930 par le gouvernement canadien pour pallier le manque de caribous dans le Nord. La harde a initialement quitté la Russie, avant d’être envoyée à New York par navire depuis la Norvège. Elle a ensuite traversé les États-Unis en train jusqu’à Seattle, sur la côte ouest, avant de mettre le cap vers l’Alaska.

Les rennes ont mis environ cinq ans pour achever leur périple qui les a menés de l’Alaska au delta du fleuve Mackenzie, aux Territoires du Nord-Ouest, en 1935.

Un troupeau de rennes qui sont entassés dans un enclos.

Une harde de rennes aux Territoires du Nord-Ouest, en août 1955

Photo : Douglas Wilkinson/NWT Archives/N-1979-051:1143

Duane Ningaqsiq Smith affirme que plusieurs familles inuvialuit, dont la sienne, ont des liens avec la harde. Il raconte, par exemple, que son arrière-grand-père, Amos Tuma, avait fait l’acquisition de plusieurs rennes lorsque le gouvernement fédéral avait fait appel à des Inuvialuit pour prendre part au projet.

L’un de mes frères était aussi un gardien [de rennes] avec son oncle [...] pendant un certain temps, ajoute-t-il.

Quatre gardiens de rennes se tiennent dans un enclos avec des rennes, en 1955.

Des gardiens de rennes dans la région du delta du fleuve Mackenzie, en 1955. De gauche à droite : Peter Rufus, Jimmy Gordon, Adam Emaghok et David Roland.

Photo : Douglas Wilkinson/NWT Archives/N-1979-051:1127

À l’heure actuelle, Duane Ningaqsiq Smith estime que le nombre de rennes issus de cette harde se situe entre 2200 et 2800.

Avec la nouvelle entente, annoncée le 6 août, il affirme que les bénéficiaires de la Convention définitive des Inuvialuit auront accès à de la viande. La SRI espère aussi offrir des formations en transformation des aliments aux résidents afin qu'ils puissent apprendre à fabriquer différents produits à partir des rennes.

Avec les informations de Mackenzie Scott

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !