•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Passeport vaccinal : le milieu culturel entre questions, remboursements et annulations

Des gens sur une scène éclairée par des faisceaux lumineux et le public dans la salle.

Le Festival en chanson de Petite-Vallée en juillet 2021

Photo : Luc-Manuel Soares

Fanny Bourel

Deux jours après l’annonce de la mise en place du passeport vaccinal le 1er septembre prochain, le milieu culturel reste dans le flou au sujet des modalités d’application de ce passeport, mais aussi quant aux lieux concernés. Par exemple, les musées et les cinémas ne savent toujours pas s’ils seront soumis à cette obligation. Chose certaine, plusieurs festivals ont déjà reçu des demandes de remboursement de billets, et certains songent carrément à annuler leur événement. 

Mercredi, le Festival de musique émergente (FME) en Abitibi-Témiscamingue, qui se déroulera du 2 au 5 septembre, avait déjà reçu une dizaine de courriels de personnes voulant annuler leur venue. Des gens nous disent qu’ils n’auront pas le temps de recevoir leurs deux doses de vaccin d’ici le 1er septembre, raconte Magali Monderie-Larouche, directrice générale du FME. On s’attend à avoir beaucoup plus d’annulations quand on enverra une communication au sujet du passeport vaccinal.  

Avec 90 % des billets déjà vendus, le FME prévoyait d’accueillir 10 000 personnes, mais son objectif est désormais révisé à la baisse de 25 %, car environ le quart de la population n’est pas doublement vacciné. 

Le FME n’est pas le seul festival à être confronté à cette situation. D’autres festivals membres du Regroupement des festivals régionaux artistiques indépendants (REFRAIN) ont reçu des demandes de remboursement, certaines émanant de personnes antivaccin qui refusent de se faire vacciner, selon le REFRAIN.

Des festivals annulés?

D’autres festivals, plus gros, se demandent s’ils ne vont pas même tirer la plogue , affirme Martin Roy, président-directeur général du Regroupement des événements majeurs internationaux (REMI), qui refuse d’avancer des noms. 

Le REMI représente des événements d’envergure tels que les Francos de Montréal, le Festival international de jazz de Montréal ou encore le Festival de montgolfières de Gatineau. 

Il était favorable à l’instauration d’un passeport vaccinal, car il y voyait le moyen de permettre aux festivals de d'accueillir plus de monde. Toutefois, le ministre de la Santé, Christian Dubé, n’a pas fait mention d’assouplissements des restrictions sanitaires lors de sa conférence de presse. 

Présentement, 15 000 personnes peuvent être théoriquement admises dans un festival, mais dans des zones indépendantes de 500 personnes maximum avec 2m2 par individu. À part les plaines d’Abraham, à Québec, ou le parc Jean-Drapeau, à Montréal, rares sont les sites suffisamment grands pour offrir les 30 000 mètres carrés nécessaires, selon Martin Roy. 

Or, le modèle d’affaires des gros festivals repose sur un fort achalandage. Si les règles ne sont pas assouplies et qu’en plus, les festivals se retrouvent à embaucher du personnel supplémentaire pour vérifier les passeports sanitaires et à devoir rembourser le public non vacciné, l’équilibre financier devient trop difficilement atteignable.

Les festivals qui ont été reportés à septembre ou à octobre pensaient que le contexte serait plus favorable à cette période, dit Martin Roy, avant d'ajouter que le variant Delta est venu doucher le regain d’optimisme du début de l’été. 

Un délai trop court 

Le REFRAIN et le REMI ont participé, mercredi après-midi, à une réunion avec le ministère du Tourisme pour exprimer leurs doléances et demander des assouplissements ainsi que des détails quant aux modalités d’application du passeport vaccinal.

Mardi, Christian Dubé a promis des éclaircissements pour le 23 août, mais le temps presse pour plusieurs festivals. 

Le passeport vaccinal peut être une bonne idée, mais on nous balance ça à trois semaines de notre festival. On trouve que c’est un manque de considération.

Une citation de :Magali Monderie-Larouche, directrice générale du FME

Il me faut des gens pour vérifier les preuves vaccinales, des machines pour scanner les codes QR. Je n’ai pas ça, ajoute celle qui voudrait aussi pouvoir recevoir plus de spectateurs et de spectatrices pour compenser.

Sandra Cloutier est la directrice générale du Festival de montgolfières de Gatineau (FMG), qui offrira une douzaine de spectacles de musique et d’humour du 2 au 6 septembre. 

L’annonce de la création d’un passeport vaccinal a ajouté une énorme dose de stress à son équipe organisatrice, qui a déjà modifié cinq fois son événement au cours des deux derniers mois. La pression est d’autant plus forte que le festival attire de nombreuses personnes vivant en Ontario qui n’auront peut-être pas de code QR à présenter. 

Avoir cette nouvelle avec si peu de détails et à si brève échéance, c’est comme un coup de deux par quatre en pleine face.

Une citation de :Sandra Cloutier, directrice générale du FMG

Elle souhaite que le gouvernement du Québec fasse preuve de souplesse, et elle l’a invité à venir tester son application à son festival, comme il le fait lors de projets-pilotes menés actuellement dans un restaurant de la région de Québec, dans un bar de Montréal et dans une salle d’entraînement de Laval.

Ce serait une bonne façon pour eux de voir la réalité événementielle, et ça nous permettrait de livrer notre événement.

Qu'en est-il des cinémas et des musées?

Autre question sans réponse pour le moment : l’obligation de présenter une preuve vaccinale s’appliquera-t-elle aux artistes?

Et les lieux culturels seront-ils épargnés par la nécessité de vérifier les passeports vaccinaux du public? Lors de sa conférence de presse, Christian Dubé a laissé entendre que les musées échapperaient à cette obligation et n’a pas évoqué le cas des cinémas. 

La Société des musées du Québec est en attente d’une réponse du ministère de la Culture et des Communications à ce sujet. 

Radio-Canada a posé la question au ministère de la Santé et des Services sociaux. Comme mentionné en point de presse, les travaux sont toujours en cours. Les détails sur le projet de passeport vaccinal seront dévoilés en temps opportun. Pour le moment, nous nous concentrons sur les projets-pilotes, a répondu le relationniste. 

Christian Dubé a dit que le passeport vaccinal s’appliquerait aux événements publics à fort achalandage. Est-ce que cela touchera toutes les salles de spectacle?, se demande David Laferrière, président de l’Association professionnelle des diffuseurs de spectacles RIDEAU. 

L’organisation, dont 40 % des salles membres disposent de moins de 300 sièges, espère en savoir plus rapidement. Si on n’a pas de réponse d’ici la fin de la semaine, ça va être compliqué pour certains diffuseurs [d’être prêts pour septembre].

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !