•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le manque de personnel infirmier, un casse-tête sur la Côte-Nord

Une affiche qui informe les gens de la réduction des services à l'urgence de Port-Cartier.

Les services ont été réduits à l'urgence de Port-Cartier à plusieurs reprises cette année (archives).

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Radio-Canada

À plus d’une dizaine d'occasions depuis le début de la saison estivale, les heures d’ouverture des dispensaires, CLSC et hôpitaux ont été réduites sur la Côte-Nord. Certains services ont carrément été fermés temporairement.

Le manque de personnel infirmier serait la raison principale de ces bris de service dans le réseau de la santé nord-côtier.

À l’hôpital de Sept-Îles et de Baie-Comeau, les services de pédiatrie ont été réduits au cours de l’été. Certains enfants ont dû être déplacés sur plusieurs centaines de kilomètres pour recevoir les soins auxquels ils avaient droit.

À Port-Cartier, l'urgence sera fermée durant la nuit à partir de la semaine prochaine, jusqu'au 29 août.

Ces réductions de service touchent aussi les territoires éloignés, alors qu’une seule infirmière est maintenant en poste dans les dispensaires de La Tabatière, de Saint-Augustin et de Chevery.

Les services urgents y sont maintenus, mais plusieurs résidents de la Basse-Côte-Nord estiment que leur région est laissée pour compte. Parmi les gens préoccupés, on compte le préfet de la MRC du Golfe-du-Saint-Laurent, Randy Jones.

Là, ils ne vont prendre que des cas spéciaux. Ça fait peur, laisse tomber le préfet.

« C'est vraiment inquiétant. Il y a des personnes âgées qui n'ont pas l'assurance de pouvoir aller à leur dispensaire. »

— Une citation de  Randy Jones, préfet de la MRC du Golfe-du-Saint-Laurent (Basse-Côte-Nord)
Le maire de Gros-Mécatina, Randy Jones

Le préfet de la MRC de la Basse-Côte-Nord, Randy Jones (archives)

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle-Plamondon

Bien au fait des inquiétudes de la population, le CISSS de la Côte-Nord dit avoir les mains liées par la rareté d'employés.

Pour faire face à ce problème, l'organisation a procédé à l’embauche de 160 nouveaux employés depuis mai dernier, dont 11 infirmières et infirmiers. Toutefois, le nombre de départs à la retraite ou de démissions surpasse celui des embauches.

Portrait de Manon Asselin.

Manon Asselin, PDG du CISSS de la Côte-Nord (archives)

Photo : Radio-Canada / Marie Kirouac-Poirier

Si je prends en exemple le Cégep de Sept-Îles, le nombre d'infirmiers et d'infirmières qui vont sortir du programme, ils ne sont pas assez nombreux pour remplir nos départs à la retraite, explique la PDG du CISSS, Manon Asselin.

« On doit regarder, dans les prochains mois, [afin de] trouver une solution par rapport à ça. »

— Une citation de  Manon Asselin, PDG du CISSS de la Côte-Nord

Une équipe stratégique a été mise en place par le CISSS de la Côte-Nord pour éviter d’autres interruptions de service, mais le manque de personnel pourrait malgré tout causer d’autres désagréments aux usagers.

D'après le reportage de Félix Lebel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !