•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : une vingtaine de nouveaux cas à Ottawa, une première depuis le 20 juin

Deux garçons de dos grimpent les marches peintes en murale.

Le nombre de cas actifs de COVID-19 grimpe à 97, à Ottawa (archives).

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Santé publique Ottawa (SPO) signale 21 nouvelles infections à la COVID-19 sur son territoire, jeudi. La dernière fois qu’un bilan quotidien d'Ottawa faisait état de plus d’une vingtaine de nouveaux cas remonte au 20 juin dernier, où 26 nouveaux cas avaient alors été déclarés.

En point de presse, mercredi, la médecin chef en santé publique de Santé publique Ottawa (SPO), la Dre Vera Etches, a reconnu qu'une quatrième vague est quasiment inévitable à Ottawa.

Je pense que c'est inévitable d'avoir une augmentation quand le nombre des interactions, des relations proches, augmente. Ça va arriver. La question, c'est : est-ce que c'est sérieux concernant le taux d'hospitalisation? [...] Maintenant, c'est 0, 1, 2, 3 ou 4... On peut gérer la situation si le nombre de personnes dans les hôpitaux augmente lentement, mais s'il augmente trop vite [...] je vais avoir des inquiétudes, a-t-elle dit.

La hausse enregistrée ce jeudi témoigne-t-elle de cette nouvelle vague?

Le nombre de nouveaux cas signalés en Ontario a grimpé depuis le début du mois d’août. Pour la première fois depuis la mi-juin, la province fait état, jeudi, de plus de 500 nouvelles infections.

Mais à Ottawa, les hospitalisations restent au niveau acceptable évalué par le Dre Etches. Quatre personnes sont hospitalisées en raison de la COVID-19, dont une se trouve aux soins intensifs.

SPO ne rapporte, par ailleurs, aucun nouveau décès supplémentaire au cours des dernières 24 heures. Le bilan des décès des suites de la COVID-19 demeure donc à 593, un nombre inchangé depuis le 15 juillet.

Cependant, le nombre de cas actifs continue d’augmenter dans la capitale fédérale. SPO en comptabilise un total de 97, jeudi, soit 15 de plus que la veille.

En tout, 27 924 cas connus de COVID-19 ont été recensés, à Ottawa, depuis le début de la pandémie.

Par ailleurs, deux éclosions sont toujours en cours dans des deux services de garde pour enfants, selon les plus récentes données de SPO.

Nouvelle révision des données dans l'est ontarien

Dans l'est ontarien, trois nouveaux cas sont rapportés jeudi. Mais une révision des données globales de la COVID-19 dans la région entraîne une baisse du bilan depuis le début de la pandémie.

Alors que le Bureau de santé de l'est de l'Ontario (BSEO) rapportait, mercredi sur son site web, 4783 cas répertoriés au total, depuis février 2020, il en indique 4779, jeudi.

Une personne est actuellement aux soins intensifs en raison de la COVID-19 et une éclosion est en cours.

Le bilan des décès reste toutefois le même, avec 111 victimes de la pandémie.

Le BSEO rapporte 29 cas actifs sur son territoire.

Légère hausse des cas actifs en Outaouais

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais rapporte, de son côté, jeudi, un total huit nouveaux cas au cours des dernières 24 heures.

Le nombre de cas actifs grimpe à 35, soit cinq de plus que la veille. Au total, l’Outaouais comptabilise 12 648 cas connus de COVID-19 depuis le début de la crise sanitaire.

Tout comme Ottawa, aucun nouveau décès n’a été signalé dans la dernière journée, en Outaouais. Le bilan s’établit à 215 morts attribuables à la maladie.

Aucune hospitalisation n'est non plus rapportée par le CISSS de l'Outaouais.

L'effet du passeport vaccinal se fait sentir en Outaouais

En Outaouais, comme ailleurs au Québec, l'annonce de la mise en place d'un passeport vaccinal, le 1er septembre, pour les activités non essentielles et jugées à haut risque de transmission, semble avoir de l'effet sur la campagne de vaccination.

Invitée de l’émission Sur le Vif, la directrice de la campagne de vaccination COVID-19 en Outaouais, Nency Héroux, dit avoir constaté une augmentation du nombre de rendez-vous ces derniers jours.

Déjà la semaine dernière, quand le premier ministre a annoncé qu’il irait de l’avant avec un passeport, on avait déjà vu un mouvement. En première dose, ça faisait déjà un bout de temps qu’on était en bas de 100-150 rendez-vous par jour et parfois même moins, et on a vu un pic. On était à 400 rendez-vous, jeudi dernier, juste en première dose. Et suite à l’annonce officielle de mardi, on a battu quelques records qu’on n'avait pas vus depuis longtemps. Mardi, on était à 621 rendez-vous première dose et mercredi, à 619. C’est très intéressant et on voit que ça va toucher les groupes qu’on souhaite aller chercher, les 18-24 ans, en allant jusqu’à 35 ans.

Capture d'écran de Nency Héroux lors d'un point de presse virtuel.

La directrice de la campagne de vaccination COVID-19 en Outaouais, Nency Héroux (Archives)

Photo : Capture d'écran

En deuxième dose, le phénomène est le même, selon Mme Héroux, puisque 1429 rendez-vous ont été pris, mardi, cette semaine, contre 500, le 8 août.

La directrice de la campagne de vaccination COVID-19 en Outaouais précise qu'il est également possible de se faire vacciner sans rendez-vous et conseille aux personnes qui avaient un rendez-vous pour leur deuxième dose de le devancer, tout en respectant l'intervalle de quatre semaines entre les deux doses.

L'Outaouais reste toutefois derrière la moyenne provinciale en termes de vaccination, a-t-elle reconnu, avec un taux de 69 % de résidents éligibles ayant reçu une dose et 59 % étant complètement vaccinés.

L’Outaouais se trouverait ainsi à l’avant-dernier rang des régions du Québec, derrière le Nunavik, pour ce qui est du pourcentage de la population éligible ayant reçu au moins une dose d’un vaccin contre la COVID-19, selon les données de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Ça avance, mais ça avance lentement, estime Mme Héroux. On sait qu’on a des personnes vaccinées en Ontario dont le vaccin n’est pas enregistré. Ça n’explique pas tout, mais en partie. Il y a aussi le fait que notre population est plus jeune [...] et c'est un groupe qu’on rejoint un peu moins bien dans la vaccination.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !