•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Financement du Campus Saint-Jean : une annonce accueillie avec prudence

Pancarte d'identification du Campus Saint-Jean.

Le Campus Saint-Jean a subi plusieurs compressions budgétaires ces dernières années.

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Radio-Canada

La proposition d'Ottawa de payer une partie importante du financement du Campus Saint-Jean (CSJ) pour les deux prochaines années est accueillie favorablement, mais certains restent prudents, car le gouvernement Kenney n'a pas dit s'il accepterait l'offre du fédéral.

La ministre des Langues officielles, Mélanie Joly, propose que son gouvernement paie 95 % du financement additionnel la première année pour le CSJ. La proportion de l’aide passerait à 75 % la deuxième année et reviendrait au ratio normal de 50 % la troisième année.

La proposition veut inciter le gouvernement albertain à investir dans l’établissement d’enseignement francophone.

Le doyen du Campus Saint-Jean, Pierre-Yves Mocquais, se dit satisfait de l’annonce du gouvernement. Toutefois, il aimerait avoir plus de précision sur la façon dont cet argent pourra être utilisé, car les besoins sont nombreux au CSJ.

Le campus Saint-Jean a besoin d'un certain nombre de rénovations et de choses au niveau de l'infrastructure, en particulier son infrastructure numérique, dit-il.

M. Mocquais déplore que cette proposition n’assure pas la pérennité de l’enseignement francophone : C’est quelque chose de temporaire et de transitoire. Il faudra, à long terme, que le statut du Campus Saint-Jean et son financement soient sécurisés.

Une aide d’urgence

Selon le Nouveau Parti démocratique de l’Alberta, l’annonce d'Ottawa démontre la désaffection dont fait preuve le parti de Jason Kenney dans le dossier du CSJ.

Il doit respecter ses obligations envers le Campus Saint-Jean et la culture francophone en Alberta [...] C'est comme un financement d'urgence à cause de la négligence du Parti conservateur uni. Nous devons le stabiliser et c’est ce que nous ferons , affirme David Eggen, le porte-parole néo-démocrate en matière d'enseignement supérieur.

Dans une déclaration écrite, le gouvernement provincial affirme ceci : Nous demeurons très engagés envers la communauté francophone de l'Alberta et l'éducation francophone. Il ajoute que la proposition du gouvernement du Canada sera examinée et qu’une décision sera prise dans l'intérêt des Albertains .

Avec les informations de Audrey Neveu

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !