•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manque criant d'éducateurs dans les services de garde scolaires du Centre-du-Québec

Porte d'entrée de l'école Saint-David.

Le Centre de services scolaire des Bois-Francs est à la recherche de 40 éducatrices et éducateurs en service de garde.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada

La rentrée approche à grands pas et plusieurs services de garde en milieu scolaire cherchent encore désespérément du personnel. Au Centre de services scolaire des Bois-Francs (CSSBF), les responsables évoquent une pénurie d'éducateurs rarement vue, et tentent une offensive de dernière minute pour pourvoir les postes.

C'est exceptionnel cette année, souligne Josée Morin, responsable du service de garde de l'École Saint-David, à Victoriaville. Il me manque 10 éducateurs et éducatrices sur 18, donc une [partie de l'] équipe quand même assez importante!

La conseillère en gestion du personnel au Centre de services scolaire des Bois-Francs, Dominique Dubuc, soutient qu'il manque d'ailleurs plusieurs dizaines d'employés pour desservir les 4000 élèves inscrits dans les services de garde de ses écoles.

Il nous manque plus d'une quarantaine de personnes pour combler nos effectifs, parce que l'on doit respecter des ratios. C'est une année record, déplore-t-elle.

Une activité d'embauche pour mousser le recrutement

Le Centre de services scolaire des Bois-Francs organise une activité d'embauche à l'École Saint-David, vendredi, pour tenter de recruter des employés de dernière minute. Les candidats n'ont pas à avoir une attestation d'études professionnelles en service de garde. Une formation alternant travail et études pourra leur être offerte.

« J'ai besoin de gens dynamiques qui aiment travailler en équipe, et qui sont prêts à venir faire le premier bonjour et l'au revoir de la journée aux élèves. »

— Une citation de  Josée Morin, responsable du service de garde de l'École Saint-David

Dominique Dubuc lance d'ailleurs un cri du coeur aux intéressés, rappelant que les conditions de travail sont intéressantes. Les salaires vont jusqu'à 24,22$/h. On a 19 journées fériées avec 4 semaines de vacances et un fonds de pension.

Josée Morin espère que cette activité permettra à son service de garde d'être fin prêt pour la rentrée.

Sans détenir de statistiques précises, l'Association québécoise de la garde scolaire confirme que cet enjeu frappe présentement partout en province.

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !